Aller au contenu
  • Les poèmes les plus appréciés

    • Papy Adgio
      15
      Pointe de Spano
      Par Papy Adgio · Créé le
      Une vaste houle émeraude aux récifs écrus et dentelés offre ses cupules verticales aux voraces vents vengeurs de l’hiver.   Tapis dans l’interstice ténu tendu entre terre et ténèbres, quelques terribles cris de granit ardents, perçants, stridents et coupants dressent leurs souvenirs décharnés de nuits dramatiques et spectrales dans les noirs cauchemars des vents du nord.   Myrtes aux arômes adolescents, immortell
    • Jeep
      14
      Vœu
      Par Jeep · Créé le
      Dans le champ défleuri où rôde le passé Les intimes raisons qui provoquent les pleurs  Sur la terre endormie aux multiples odeurs  Ne sont que les regrets que l’on veut effacer    Il y a des chagrins qu’on ne peut dépasser Des secrets douloureux à vous briser le cœur  Le besoin de s’enfuir pour chasser le malheur  Et de noires idées qui viennent en pensée    Mais il faut oublier la tristesse des jours  Croire au printemps prochain porteur de
    • Frédéric Cogno
      14
      Un ruisseau forestier (I)
      Par Frédéric Cogno · Créé le
      Première partie: L'automne.   Il traverse le bois, fuyard du désamour, C'est un char polissant les roches ancestrales, On peut le rencontrer à l'orée médiévale Où il berce en rêvant les ruines d'une tour. L'automne s'embrume déféré par les hordes Et son cou cramoisi porte encore une corde.   Épitaphes de mousses au gré des allées sombres, Ravin mystérieux, grand veneur de la mort, L'ossuaire rampant s'agrippe sur les bords Aux
    • Thierry Demercastel
      14
      A tes battements mon cœur
      Par Thierry Demercastel · Créé le
      A tes battements mon cœur     C’est le temps qui bat mon cœur,    Entends ces longs soupirs, Ces heures froissées,  viles rumeurs Que tu retiens quand le jour expire.        Dis-moi, sais-tu ce printemps Qui s’attardait ici et là, rêveur, Ce murmure pressé du temps Qui s’enfuyait d’un air  moqueur.
    • Bollinger
      14
      Pour un programme de Gaïa
      Par Bollinger · Créé le
      Seront force de proposition les vents de tous horizons volcans assoupis jamais moribonds champs de seigle épi par épi rivières en crue fleuves en furie   Que soit accordé le droit de vote aux papillons aux coccinelles aux salamandres aux gazelles à la rustique gélinotte à la nocturne chouette hulotte   Pourront glisser leur bulletin dans l'urne les lunes rousses et leurs cantiques toutes les forêts du monde toutes les éte
  • Derniers commentaires

    • Troubadour
      Ce fut un temps prospère où la loi de famille,Exigeait que l'enfant courant dans le brouillard, Demande le pardon au fébrile vieillard, Pour avoir par malheur fracassé la béquille,Que l'antre du savoir, que l'archive fourmille,De sages érudits, de Vigny , d'Eluard,Avec zèle puisant, contre l'instant fuyard,La gloire du pays tel l'astre qui scintille.En ces jours obscurcis par l'ombre de l'Avoir,Rescapé , pourrait-on de nouveau percevoir,Le phénix grandiose émergeant de la cendre ?Or de voir tant de mal qui nous mène au trépas,Et l'homme idolâtrant l'or ainsi que Midas,L'on ne peut qu'embrasser le culte de Cassandre ! © Troubadour
    • Jeep
      Merci pour toutes les fois où vous écrivez des poèmes qui sont des cadeaux sucrés.
    • Quetzalc
      Cette évocation d'un désert maritime que vient rédimer ponctuellement la lumière d'un phare distant est expressive et troublante de vérité. Très inspirant !
    • Darius
      Et ce supplément d’âme il me faut l’avouer C’est bien ce qui me manque en ces heures oisives  Où je passe mon temps à vouloir renouer   Cette sincérité envers une inspiration qui parfois s'essouffle, je la fais mienne, ce sentiment je l'éprouve quand ma mémoire cherche en vain, le bout d'illumination qui viendra amorcer la pompe poétique.   J'écrivais jusqu'ici sur quelques réserves, quelques trouvailles, aujourd'hui la muse prend des pauses de plus en plus fréquentes....
    • Darius
      Toujours la même transparence, le même évidence dans son style à la simplicité trompeuse. Nous aimons ses nostalgies, ses paysages recréés, mais guérira t-elle un jour de cet amour perdu qui semble avoir creusé en elle, une plaie jamais refermé ?
×
×
  • Créer...