Jump to content
  • Poèmes les plus appréciés du mois

    • Eau de brume
      15
      Défeuiller la nuit
      By Eau de brume · Posted
      C'est l’œil du vent qui choisit la passion ou la tendresse mais pour aimer la vie il faut défeuiller la nuit   Son baiser est un échange qu'il soit de fleur ou de pluie si fines sont ses lèvres que leur caresse me suffit   Pour chaque pétale qui tombe une tache de couleur sur la terre endormie   Et sur le front d'une colombe l'infini
    • Eathanor
      14
      Comme si
      By Eathanor · Posted
      les mots filent à bon train des trains bon à rien juste à évider les lettres juste à semer des vers des vers vers nulle part vers ailleurs dans ces trains de 1ère classe des bourgeoises aux rires édentés des notables en baudruches évidées des 1ères sans classe à classer dans les inclassables les mots glissent sur les rails ils regardent les paysages les friches industrielles du siècle les campagnes émiettées ils repè
    • Joailes
      13
      La danse des ombres
      By Joailes · Posted
      Une ombre sur les rochers Sans laisse et sans collier Libre, vagabonde Au fil de l’onde Promène son mal-être Ou ne pas être Dans le torrent des sentiments Qui ont emporté ce qu'elle avait d' enfant L’ombre se perd Dans la rivière  D’autres ombres Sans nombre Rejoignent le sanctuaire Des cœurs à jamais solitaires La douleur en laisse Assoiffée de tendresse Se fracasse contre les rochers Où gisent, inertes,  les c
    • Marc Hiver
      13
      Aux beaux jours
      By Marc Hiver · Posted
      Cabine de plage quelque part en Cotentin   Aux beaux jours nous irons retrouver les nuages Qui filent sur l'azur d'un éternel printemps Où la fraîche du soir respire à tous les âges Quand l'idéal été est bercé par le vent.   Aux orgues de la vie qui se la jouent mineur Tempérant le clavier d'un soleil en bémol, Je mesure l'espace à l'écho des rumeurs De la mer sous la houle agitant l'onde folle.   Parfois tout s'assombrit et alors le te
    • Thierry Demercastel
      13
      L'éclat de tes yeux
      By Thierry Demercastel · Posted
      Tout se prolonge, tout est mort, mais vit encore, La lumière filtre l’écran noir des songes, Le temps s’est mis à caresser ce qu’il ronge Dans les sillons étranges où tout s’endort.   Vois l’écume rouler, et venir, soumise, la mer, En ses flots, ramener sur ses blonds rivages L’éternelle jeunesse qu’abrite son ombrage, Vois dans ses rides ces lendemains qui furent amers.   Entends d’adorables cantiques où tout se presse, Toi l’enfant dont le
    • Lina
      12
      Vagabonde
      By Lina · Posted
      Sculpture by Luo Li Rong       Je bois toujours l'étoile nouvelle et trempe ma lèvre  au flux du vent. Mon iris s'exaspère encore parfois des mensonges du monde mais je referme avec soin le grand ciel de mes peurs. Les semblances d'amour sont toutes mises en terre et mon cœur, rubis sombre, se vide de ses fièvres. Je suis venue par le chemin rompu de ma chair fragile pour trouver sur ta nuque tiède un
    • Camine
      11
      Essor
      By Camine · Posted
      l'appel à l'envol est là. la lumiere, heureuse de s’évader, oublie son bourreau crépuscule. un cocon se déchire pour faire sortir un papillon. blessures nécessaires, féminité dans la chair, le tout saupoudré de la couleur de la simplicité. sincère.   c'est la métamorphose du fragile. le temps se gave des nouvelles secondes colorées et le passé s’émiette, lépreux. rêves en coulées de sève mon vide sera nourri.
    • Frédéric Cogno
      11
      Luxure marine
      By Frédéric Cogno · Posted
      Au large de tes épaules Je mets le cap sur tes seins, Je m’en vais quitter ce môle Où j’entrouvrais ton bassin, Sur ton bas ventre brisant Près des récifs coralliens, Je succombe naufrageant Mon bateau de galériens.   Je défie ta houle intime Et mon compas compatit, Mon navire se sublime Au bord de ton angle outil… Quand ma proue fait des prouesses Mes cartes t’écartent bien, Mon carnet déborde en liesse
    • Joailes
      11
      Poème papillon
      By Joailes · Posted
      Le p’tit poème du coin d’la rue Ne paye pas de mine dans le haut du pavé il est perdu et on l’assassine   Moi aussi j’ai de la peine Mais je mets du sucre dessus Quand il fera chaud Ça fera du caramel   Et un petit poème Avec des mots superflus Des mots simples, Des mots d’la rue  posé là, sans réfléchir, se faufile toujours entre les âmes perdues   C’est comme dans le champ Quand tu cours dans le vent
    • Jeep
      11
      Les mots
      By Jeep · Posted
      Faudrait-il entreprendre une nouvelle vie, Emprunter des chemins aux issues incertaines, Laisser derrière nous les désirs et envies Que nous avions nourris puis quittés à grand peine,   En sachant qu’à la fin disparaît le défi,  Puisque tout s’engloutit dans une mort certaine, Le saut dans le néant auquel pas un n’obvie  Et qui rend l’espérance insignifiante et vaine?   Il ne reste, si nous voulons sauver la trace De ce qui fut notre être en
  • Derniers commentaires

    • Darius
      Epicene joue sur les 2 tableaux en cherchant des accords de rimes et des vers aux pieds fluctuants 6, 7, 8, 9 10, 11   C'est bien audacieux....!!!
    • Darius
      Une marche tout en douceur vers l'amour mais combien réussie   "Et mon coeur, rubis sombre se vide de ses fièvres.
    • Darius
      Un sonnet comme on les aime,   Simple dans le choix des mots qui donne une impression de douceur et qui ravit  le coeur et l'oreille.
    • Jeep
      Pas très gai ce poème noir au ton désabusé, mais la beauté des vers n’est pas si gratuite puisque la salamandre survivra à l’épreuve du feu.
    • Jeep
      Dans le monde invisible où sont les fils ténus Qui font notre destin au hasard de nos vies  Je t’aurais rencontrée et je t’aurais tenue  Bien serrée dans mes bras quand tu m’aurais suivi   Et nous aurions goûté ensemble sous les nues Les plaisirs de l’amour au gré de nos envies  Je t’aurais admirée intelligente et nue En découvrant en toi tout ce qui me ravit    Le monde parallèle où tu étais présente Est maintenant exclu de mon propre univers Un éclair a suffi pour que tu t’en absentes   Dans l’infini possible un jour imaginaire  Je te retrouverai tu liras mon poème  En nous reconnaissant tu me diras je t’aime        

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...