Aller au contenu

Devant l'augmentation des membres se contentant de poster leurs poèmes sans réagir aux autres textes, merci de ne pas oublier que cette communauté est placée sous le signe du partage.

Recevoir des retours sur ses textes est toujours enrichissant. N'oubliez pas de redonner un peu de ce que vous recevez en prenant le temps de commenter.

  • Poèmes les plus appréciés du mois

    • Isabelle64
      10
      Inspiration
      Par Isabelle64 · Posté le
      Le monde est noir profond, l’avenir semble éteint La vie s’est retirée ne laissant que des ombres La lune s’est drapée d’un immense manteau sombre Les couleurs sont parties jusqu'au petit matin.   Je suis enveloppée par la nuit de satin, Je vais de pièce en pièce dans la froide pénombre Mon cerveau s’est défait de tout ce qui l’encombre Je regarde sans voir, dans un miroir sans tain.   Quand le sommeil me fuit, je plonge en moi, je fouille,
    • Pierre Brandao
      9
      Le fou et sa reine
      Par Pierre Brandao · Posté le
      pour la version musicale, je n'ai pas trouvé le moyen d'encoder le mp3 dans un format de fichier requis. @Eathanor, une solution ? Cependant, si un musicien de cette belle contrée poétique est inspiré par ce texte, je serais heureux d'entendre une version chantée !    LE FOU ET SA REINE (texte - Pierre Brandao ; musique et interprétation : Yug Cougar)    Je suis ton fou, tu es ma reine, Me ferai plus cavalier que ton roi Le tour des mots fait que ma peine
    • Joailes
      8
      Le clown est mort ce soir
      Par Joailes · Posté le
      Il est fatigué de faire le clown, de dessiner sur sa bouche des lèvres factices aux commissures rieuses .   Le crayon dévie parfois et dessine une larme sous l’œil de l'ami Pierrot sur un nuage de mots parme.   Il ne peut s'empêcher de faire pleurer les petits enfants quand son cœur n'est pas gai il ne peut les tromper   le clown fond le maquillage coule sur toutes ses armures de peintures   il
    • Yguemart
      8
      Une fleur de lâcheté
      Par Yguemart · Posté le
      Rendez-vous où tu sais pour ce que tu sais. Je viendrai avec des jonquilles ces « jolies jupes de filles » comme tu les nommais. Te souviens-tu mon aimée ? Elles sont belles cette année, d’un jaune peu imaginé. Je les mettrai dans le vase rouge près de notre photo de mariage. Sans aucun doute, tu les aimeras et peut-être tu me pardonneras. Je n’aurais jamais dû partir et te laisser seule souffrir. La maladie m’a toujours fait
    • Marioutch
      8
      A travers les barreaux
      Par Marioutch · Posté le
      Là où la lune boit la colline, les lilas bleus, les murs de pierres sèches  Près du saule pleureur sur le puits de granit Un simple caillou fait vibrer des cercles de joie L’instant a un goût d’éternité  Elle sait               les mains ne se frôlent qu’à travers des barreaux  Mais elles sculptent les arbres morts, insufflent la vie   
    • Marioutch
      8
      Echo
      Par Marioutch · Posté le
      Le ciel strié de gris renonce à donner vie   Seul le vent groupe à l’adret les oiseaux dispersés dans le grelottement d’eaux glacées, de pampres rouillées   En ce jour de printemps coule au ralenti le temps   Mon souffle dans les feuilles d’ivraie n’éveille aucun écho, le paysage se tait Seul le chuintement lancinant d’un ruisseau accompagne ton absence
    • Yguemart
      8
      Mémoire en feuilles
      Par Yguemart · Posté le
      Agrippé aux plis de mon souvenir, Tremblotant tout autant qu'un tremble, Je te revois, je nous devine ensemble, Là-bas, dans ce jardin d'enfance Où tu écoutais mes silences, Toi le centenaire sans avenir, Celui que la pourriture désignait Aux dents glacées avides de sciures D'une scie servile fière de sa morsure, Dont les cris encore surgissent la nuit Sacrifiant mes songes aux insomnies, Dans cette vie crasse où je m'ennuie, Où le jour sombre sous d'acres litanies. Je
    • Eathanor
      7
      Dans l'or de ton regard
      Par Eathanor · Posté le
      Dans l'or de ton regard, Juste derrière ce battement de paupière, Je vois tous ces cargos en partance Riches des moissons de nos nuits.   Dans les vapeurs aurorales, Sur le quai des amants en transit , Nous achevons de crocheter nos rêves. Ne jamais rien céder au lendemain.   Ma langue lèche tes doutes échoués Sur le sel mouillé de tes lèvres. Sur les brisants des promesses à fleur de peau, Les caresses exhalent un dernier souffle.

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×
×
  • Créer...