Jump to content
  • Poèmes les plus appréciés du mois

    • Lina
      14
      Sous la peau des femmes
      By Lina · Posted
      Painting by Corinne Rubens       Sous la peau des femmes de l'humus tendre une douce langueur mais aussi parfois un troublant émoi qui presse les veines de belle vigueur   Sous la peau des femmes des parfums féconds de fruit et de fleur et tant de sueurs pour chaque désir Un sang qui accourt empourprant la chair Des frissons impurs qui désossent l'âme brûlent ses nervures de sombres joui
    • Kerlann
      14
      Comme un serment
      By Kerlann · Posted
      Je tourne un peu la tête et je sais où s'en va le silence. Il caresse la mer. Il gravit la colline et fait le tour de l'île. Après l'orage, il s'accroche au soleil. Il longe un peu la   plage. Il est pareil au vent. Il baisse un peu les yeux avant de repartir, puis il revient vers toi. Il invite la nuit et ferme ta fenêtre. Il penche un peu la tête et il retient son   souffle, une dernière fois. Il effleure ton c
    • Joailes
      13
      Les cages s'ouvrent sur sept ambres
      By Joailes · Posted
      Quand les archets seront plus doux sur l'âme des violons entre les branches des chataigniers on ira en forêt on écoutera le silence le souffle des lyres sur les rus où saignent les absences   Des doigts effilés balaieront les nuages et le ciel s'agrandira de sept ambres les hellébores lentes, les pensées et primevères, fleuriront dans les bruyères au nez des crocus jaunes et des arbres aux faisans ... Les physalis secrets
    • Féludorée
      12
      il suffit...
      By Féludorée · Posted
      il suffit d'un dimanche silencieux au soleil de midi d'une rue pavée à l'ombre des platanes d'une librairie cachée sous un balcon en fleurs d'ein Flaneur in Berlin* passant là nonchalamment d'un reste de sérénité à l'aube de l'automne pour qu'un poème s'auréole sur une feuille volante tachée de ronds de café   Berlin, le 7 septembre 2014   *en allemand = un flâneur à
    • Kanth
      12
      L'Évadée du Harem
      By Kanth · Posted
      L'Évadée du Harem     Au jardin secret du sérail Une odalisque danse nue Sans bijoux d’or ni de corail Ne gardant pour seule tenue Qu’un voile fin sur ses seins pâles Où de fines perles de pluie Font de chatoyantes opales Tandis qu’elle tourne dans la nuit   Circassienne au teint de lait Raptée de quelque voïvodie Elle est captive en ce palais Enfer aux airs de paradis Elle fut, encore adolescente Maudite de tro
  • Derniers commentaires

    • Frédéric Cogno
      C'est simplement de la poésie pure. Malheureusement ces questions disparaissent dans le monde des "adultes".
    • Frédéric Cogno
      La mort est le beau projet de l'homme (Léo Ferré).
    • Frédéric Cogno
      J'aurai préféré de loin râpe à fromage....mais bon.. c'est bien parce que c'est toi , je te pardonne! Super texte! Faire rimer sans tomber dans la souffrance et le dur labeur... Grands Causses avec hauts -de-chausses. Du grand art! Bravo!
    • Frédéric Cogno
      Bien d'avoir osé. Un sonnet qui en impose ....cette fois je ne suis pas naufragé.😉
    • Frédéric Cogno
      Y aurait-il une planète de rechange semblable à la terre? Si c'est le cas bingo pour la téléportation.
×
×
  • Create New...