Jump to content
  • Poèmes les plus appréciés du mois

    • Frédéric Cogno
      11
      Nuit
      By Frédéric Cogno · Posted
      Il se fait tard, la source enfante le ruisseau, Et l'étang, orphelin, prend ce tuteur sauvage Tel un embryon noir enlacé de roseaux. Noctambule, l'aulne parraine le présage Tandis que s'évase l'homélie du crapaud Dans le balbutiement des lugubres remous.   Non loin, comme un écho, par des airs odorants, Bruissent les filous, les fifres forestiers, Incantations feuillues des mirlitons chantants; Le chantre rossignol, ménestrel inspiré, Rassur
    • Gabriel Montigny
      11
      L’Écume du Café
      By Gabriel Montigny · Posted
      La route filait droit dans la brume Sur le cd Pablo Casals jouait Une suite de Bach Et son jeu âpre et désuet Ardent comme un soleil catalan Embaumait mon matin Les arbres déchiraient la soie laiteuse Comme des figures de dragons Couronnés d’incertain Vieux, aussi vieux que danse le monde Menaçants des racines jusqu’aux cimes De manger le ciel   Les mains crispées sur mon volant Je regarde.   Pourquoi? Pourquoi faut-il incessamment Que je v
    • Carine
      10
      Rêveries
      By Carine · Posted
      Dans cette seconde qui s’éternise  Passablement blessée  Dans cet instant qui me chavire  Soudain ravissement Il est une aile qui m’électrise Celle de l’oiseau lové  Dans les branchages de notre vie Que nos mains tissent, souvent    Puisqu’il m’est souvent insensé  D’apaiser mes terreurs De t’offrir sereine un baiser  De quitter ma torpeur    Alors viens  Aime moi encore répare les miroirs brisés arrose chaque jour les fl
    • Lumière funambule
      10
      L'épineuse
      By Lumière funambule · Posted
      J’élague la nuit à grandes brassées de mots. Rien n’est perdu,  puisque le silence ne ronge pas la mémoire  et le chant, gravé dans l’écorce, toujours résonne. Le vent porte des serments d’autrefois aux lisière de l’éternité.    Une écharde étincelante,  plantée aux pieds du rêve,  réveille l’enivrante douleur  de se sentir en vie.
    • Gabriel Montigny
      10
      Entracte
      By Gabriel Montigny · Posted
      J’ai déchaussé ton talon d’orchidée noire Le tropique solaire d’un plexus irrigué Ta jambe en élytre de soie dentellière Pleurait sa cambrure entre mes mains   Cravache et nacre amoureusement mêlées M’ont promis les morsures du défi Mes mains sur tes mains araignées Ont tissé sur le fil du soir leur rasoir aiguisé   L’émeraude a prié le ciel irisé D’un souffle j’ai tout emporté D’un cri j’ai tout déchiré Le camaïeu des alcools et tes reins fatigués   Fallai
    • Seawulf
      10
      Éphémère
      By Seawulf · Posted
      L'éphémère s'en va Tend les bras à qui veut Ne sait à qui il se donne Imagine guère à qui il manque.    L'éphémère c'est un signe Imperceptible, un fil de lumière  Une main tendue, un mot offert Une rencontre fortuite, un silence bruissant.    L'éphémère c'est un instant Ordinaire qui crée de l'inattendu Une route qui s'égare quelque part Un train qui n'arrive pas à l'heure Un bateau en partance plus tôt.    L'éphémè
    • Mohè
      9
      Reste ?
      By Mohè · Posted
      Ton ventre tatoué de ses caresses vallée d'interdites amoures safrané comme une plage d'Indonésie se tait sous l'assaut curieux de deux doigts qui se posent  là où tu ne sais pas    Il a pris de ta chair les rêves endormis  tes vêtements sur la chaise sont des chiffons de peur  que tu as laissés là  pour te montrer entière  à celui qui te vois   Et maintenant tu pleures, la chienne s'est tue  pour lécher ses blessures  il a caressé ta tête  dans son
    • Mohè
      9
      muette
      By Mohè · Posted
      je n'ai plus les mots pour te dire quel soleil s'est éteint  il a suffit d’un courant d’air  pour que file ma mémoire paumes ouvertes je suture mon pauvre ciel d’onguents de rêves, d’épingles de pin  raconte moi encore  le goût qu'avaient les mûres sauvages le ciel polisson, la tristesse des nuages  j’ai perdu le refrain  je n’ai plus les mots pour te dire je n’en ai pas besoin le vieux monsieur porte une casquette c’est l’époque des cerises  mon visage a  vu fl

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...