Aller au contenu
  • Poèmes les plus appréciés du mois

    • Seawulf
      16
      Les mots du silence
      Par Seawulf · Créé le
      Les mots du silence   « Si tu ré-inventais la terre Romprais-tu l’épée des supplices Contiendrais-tu les crues de la haine Changerais-tu les soupçons en bienfaits ?                              Andrée Chedid       De longues pages de mots entremêlés s’effeuillent comme une robe imprimée, crayons de couleurs signés de pleurs, chapelet lilial venu crocher d’autres maux.   Au transept, les pierres ne crient pas, elles
    • Papy Adgio
      15
      Grandir encore
      Par Papy Adgio · Créé le
      L’ensorcellement de la voix libère le voyage vers la lumière.   Pour atteindre la clarté, randonner différemment.   Ne plus s’attacher au singulier enlacer le pluriel.   Ne plus observer l’arbre comprendre la forêt.   Observer, observer encore nuancer les couleurs,   écouter, humer, goûter, caresser,   raisonner, se hisser, assimiler, grimper…   Un soir, atteindre L
    • Joailes
      14
      Secondes d'éternité
      Par Joailes · Créé le
      Une seconde erre et s'attarde. Elle emporte sur ses ailes incolores un songe, un fantasme, de vieux souvenirs devenus indolores   Delà les nues, drôles d'ectoplasmes, j'ai trouvé le silence pour écrire sous la lampe les bagages s'échappent on en retrouvera plus tard sur d'autres quais de gare et dans d'autres secondes   Elle enfante au prix d'erreurs des minutes longues comme des heures et des heures aussi courtes qu
    • Joailes
      14
      Nuit sans fin
      Par Joailes · Créé le
      Bien au-delà de la nuit et de ses feulements étranges, il est une immense galaxie aux parfums de bêtes dans les granges. Une fée au travers des nuages s'enfuit, à cheval sur des rêves violets elle vit sans son cœur depuis longtemps, mais palpite encore sur les ailes oranges d'un coucher de soleil qu'elle a brodé toute seule à la force de ses cils en clignant des yeux si souvent sa robe n'est plus qu'un haillon mais du bout de
    • Eathanor
      14
      Nos silences ouatés
      Par Eathanor · Créé le
      Ami, regarde comme la mer semble étouffée Sens nos pieds se perdre dans la morte-eau Ainsi naissent les cernes cendrés du monde   Même si nous tentons de dégoupiller les mots          Ces verbes à l'ourlet de nos lèvres closes          Ces adjectifs saignants de nos vies vécues                                                Au revers de la langue Le velours étouffé des mutismes Sur l'estran sableux des phrases   Ami, écoute ces nombreux
  • Derniers commentaires

×
×
  • Créer...