~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Doit contenir au moins 3 caractères.

Aller au contenu

Juin raté


Joailes

Messages recommandés

« Il est grave : il est maire et père de famille.
Son faux col engloutit son oreille. Ses yeux
Dans un rêve sans fin flottent insoucieux,
Et le printemps en fleur sur ses pantoufles brille. »

(Paul Verlaine)

 

J'ai toujours aimé le mois de juin qui n'est pas encore vraiment été, qui garde encore quelques giboulées en réserve histoire qu'on puisse se plaindre d'autre chose que du monde qui va mal sur une planète en dérive ; chaque année on y fête Barnabé qui est un grand garçon à qui on pardonne tout parce qu'il a eu à la naissance un chromosome défectueux.

C'est une grande fête au village -dont je tairai le nom- depuis toujours et Monsieur le Maire, paré de ses plus beaux atours, ne lésine pas sur le banquet, je crois qu'en une soirée il doit dépenser toutes les indemnités de ses communards sans aucun regret.

C'est un bon vivant, comme on dit et ses administrés qui se pâment devant lui ne lui en tiennent pas rigueur, il faut dire qu'avec lui, le village vit.

Surtout au mois de juin, propice aux fêtes et dont les nuits sont les plus longues, les plus douces.

Où voulais-je en venir ?

Je ne sais plus trop.

C'est la faute à ma cousine Germaine qui arrive samedi ; je l'ai invitée et elle ne s'est pas fait prier, elle vit toute l'année dans une grande ville, je ne sais pas comment elle fait, alors de manière peu civile je lui envoie chaque année un télégraphe pour lui dire que je l'attends.

Et elle vient. 

J'avais à peine dix ans quand elle m'a fait cadeau de son nécessaire à écriture et je lui en voue une reconnaissance éternelle.

Mais qu'est-ce donc ?, vous demanderez-vous en fronçant les sourcils.

C'est une petite mallette en cuir de Graulhet avec des compartiments dont je ne dévoilerai jamais les secrets ; une fois ouverte il n'y a plus qu'à choisir le thème, narratif, dialogué,argumentatif, poétique, explicatif, injonctif.

Les muses sont souvent en vacances en juin et ferment les yeux sur ces pratiques peu orthodoxes, et je dois dire que je leur en suis très reconnaissante car je suis souvent désolée de ne pas savoir mettre à profit leurs incroyables inspirations et de n'écrire que des histoires tellement ordinaires que même Monsieur le Maire n'a jamais jugé bon de les lire, je le sais puisqu'il évite systématiquement d'en parler lors de ses conférences à la bibliothèque, il cite des auteurs morts depuis longtemps et je sais qu'il a une préférence pour Verlaine qui a écrit « Monsieur Prudhomme »,  il croit que c'est pour lui.

 

Et moi, je peux bien l'avouer, j'ai l'écriture automatique de ceux qui ne savent à quel saint se vouer, j'ai au bout de mes doigts dix plumes qui partent dans tous les sens, dix encriers parfumés à l'encens , j'ai connu un éléphant au carnaval des animaux frappé de Saint-Saëns enfin vous voyez, en juin c'est la fête de la musique et je l'attends avec ma cousine Germaine, qui est la mère de Barnabé, la sœur de Monsieur le Maire, celle qui m'a donné le goût d'écrire.

Il aurait pu m'arriver pire !

J'imagine et ne sais pas dire, ce soir c'est bal des vampires, il se passe toujours quelque chose et je remplis des pages qui ne font, au fond, que remplir des carnets qui n'ont guère d'avenir.

Merde, il pleut et Germaine s'est cassé la jambe dans sa grande ville, elle vient d'annuler, je suis bien dégoûtée il va falloir que j'aille la rejoindre avec ma petite mallette en cuir de Graulhet qui ne me quitte jamais, tout ça est automatique je n'ai rien inventé, ce mois de juin sera raté.

Me voici dans le train et sur le quai Barnabé agite son mouchoir, il me dit au-revoir et le printemps en fleurs brille sur ses pantoufles …

(joailes -------) 12 juin 2024

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...