~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Doit contenir au moins 3 caractères.

Aller au contenu

Réflexions (4)


Isabelle64

Messages recommandés

Un soir, alors qu’il venait de s’assurer que Gabriela dormait et que tout allait bien, avant de quitter la chambre, il se dirigea vers la fenêtre et comme sur une impulsion, l’ouvrit en grand. On était au mois de décembre. L’air froid et humide s’engouffra dans la pièce. Victor s’étonna de la facilité de l’opération. Quand il sortit de la chambre, lui-même grelottait. Il alla se coucher avec l’espoir cruel que le corps affaibli de Gabriela ne résisterait pas à l’agression du froid. Le lendemain matin, il se réveilla tôt et alla immédiatement voir si ses macabres souhaits s’étaient réalisés. Gabriela n’était pas morte. Elle gémissait un peu et semblait vouloir dire quelque chose. Victor approcha son oreille des lèvres de l’agonisante et cru distinguer quelques mots :

« …les miroirs…fait attention…mourir… ».

Gabriela avait geint et râlé quelques minutes et s’était éteinte peu après. Elle n’avait pas prononcé une parole supplémentaire.

Les derniers propos tenus par sa logeuse étaient restés nébuleux pour Victor. Il y avait plusieurs miroirs dans la maison. Ceux du salon et de la salle de bain, qui pouvaient éventuellement se décrocher, ou se trouver déséquilibrés, tomber, se briser et blesser plus ou moins grièvement la personne qui se serait trouvée à proximité. Et il y avait aussi un miroir exceptionnel, le plus grand, qui était situé dans la chambre Gabriela.

Celui-ci se voulait une œuvre d’art de style rococo. Son cadre était généreusement ouvragé. Il était décoré d’arabesques, de volutes, de feuilles d’acanthe sculptées dans un bois précieux recouvert d’or. Entre les motifs végétaux étaient disposés des éclats de miroir brillants qui alternaient avec des plages de verre colorées et peintes d’animaux fantastiques. Les reflets du décor étaient renvoyés à l’infini et créaient des jeux de lumière. Quelle fascinante beauté se dégageait de cette pièce unique !

(À suivre)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...