Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Doit contenir au moins 3 caractères.

~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Blanche


Eobb
 Partager

Messages recommandés

Larme blanche

 

Elle grandit sous ma peau

Et mes incertitudes sont des pierres

Précieuses quand mon cœur rougit

Malades lorsque mes os gèlent

 

Les saisons froides trahissent mes gestes

J’aimerais qu’elle s’écoule un peu

Mes canaux la remercieraient

 

                                                                                  j’entends le son des épées        I                                   I           épais sons lents d’antan

         qui sillonnent mes artères        I                I          art et Terre sont mes sillons

     cette ville interne s’embourbe          I          I      bourbe et sang dans la terne cité

     les chariots ne sont plus de feux           I     I         feux de pluie sur les deux chevaux

 

 

                                                                                                     pourtant mes cheveux            -           n’ont plus peur de vieillir

                                                                                                       et si mon dos se courbe        -       il se redresse encore

                                                                                                                      pour regarder au      -     delà de mes tours

                                                                                                elles semblent me remercier    -    par un soubresaut

                                                                                                                et le long de ma joue     -   elle rejoint mon espérance

                                                                                                          ma cité se tourne alors      -    en direction de l’Ouest

                                                                                               oubliant que ses fondations       -     sont des successions

                                                                                                              rongées par le vide          -       qu’elles ont noirci

 

                                                                                                                      j’oscille ainsi         -----         entre les saisons

                                                                                                                     celles d’avant          I et I           celles du dorénavant         

                                                                                                                 en brandissant          I ces I           incertitudes        

                                                                                                              en les cognant          I contre I         les pierres d’angle         

                                                                                                           les seules à la             I mesure I           de leur dureté          

                                                                                 et elles résisteront sûres                I vivront I             car taillées pour cela         

                                                                                      même si je les frappe                  I jusqu’à I                vouloir les briser            

                                                                                        pleurant pour qu’à                       I la fin I                   leur noyau se révèle              

 

                                                   Je connaîtrai alors leur terminaison                     I                     I                   Je connaîtrai alors leur terminaison

                                                   Dont le temps aura pris possession                    I                         I                  Dont le temps aura pris possession

                                                     Et celle qui aura fini de grandir                        I                             I                       Et celle qui aura fini de grandir

                                                       Se tournera vers mon centre                          I                                I                         Se tournera vers mon centre

                                                            Blanche a n’en pas douter                                                                                      Blanche a n’en pas douter

                                                                 Et je saurai si sa pointe                                                                                         Et je saurai si sa pointe

                                                                    Est de sel                                                                                                                                            Est de fer

L’arme blanche

Blanche.pdf

  • Top 9
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...