Jump to content

Cache-cache


Recommended Posts

Joailes

 

 

Il faut se souvenir des parties de cache-cache entre les arbres j’aurais aimé que tu ne me trouves jamais en priant pour que tu me trouves, tu me chercherais encore et cette attente, ce désir, cette crainte, ces cœurs qui battent si fort qu’ils semblent sortir de la poitrine en ressentira-t-on encore l'explosion ? 

Je pressais ma main sur mon cœur pour le faire taire comme si tu avais pu l’entendre, ô Dieu comme je t’aimais, comme j’avais mal !

Bien sûr, tu devais en faire autant, de ton côté ; j’ étais mieux cachée que toi, tu ne me trouvais pas, mes bras serrés sur le tronc et puis sur ton torse jusqu’à t’étouffer une seule fois quelques secondes 

Mais voilà je ne voulais pas , j’avais peur alors je me suis enfuie j’ai feint l’indifférence et puis de toutes façons tu n’étais pas libre 

Je te fais cet aveu aujourd’hui, tu ne le liras pas, je suis retournée parmi les arbres, ils m’ont enlacée jusqu’à m’étouffer j’aurais aimé que ce fût toi au moins une fois, bien avant, je t’ai vu, tu étais avec elle et soudain ton regard m’a transpercée comment as-tu justifié ces larmes qui coulaient sur tes joues ô Dieu comme j’avais mal je me suis réveillée la partie était finie j’avais perdu je crois 

Les arbres ont été coupés le fil ténu du souvenir et la vie a continué ton visage toujours partout.

Il reste des racines trop profondes pour que quelqu’un les arrache et puis souvent des souches comme des membres amputés j’y reviens pour peindre et pour écrire et tu jaillis de moi du bout de mon pinceau plume tu es un arbre peut-être un être, hêtre ou ce mal être et tout se confond.

(J.E. juillet 2020)

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...