Aller au contenu
Thierry Demercastel

Moi en toi d’impudique vertu

Messages recommandés

Thierry Demercastel

 

Sur ton lit de brume moqueuse,

Là où s’éterniseront nos nuits,

Sous une lune un peu voyeuse

Je viendrai sur ton corps alangui.

 

Tes seins blancs et nus décimeront

L’ennui, sur mes mains aimantes,

Qu’importe le temps, sous nos haillons,

Qu’un ciel noir et muet charpente.

 

Qu’importent nos instants inventés,

J’irai encore à ta  brûlure, 

Alors tes lèvres  viendront jouer

Et j’attendrai ta morsure.

 

Au-dessus d’un marbre glacé,

Des passants aux larmes retenues

Ne sauront nos désirs enflammés,

Moi en toi, d’impudique vertu.

 

Nous resterons figés et jouissants

 D’éternelles et vagues poses,

Celles d’où gémissent les amants

Dans le secret posthume des choses.

 

Tu reviendras et je reviendrai

Où vont de funèbres printemps,

Aux ombres dessinant à l’imparfait

Nos lèvres au souffle du vent.

 

Jailliront de nos corps éblouis

 Encore L’écume  amoureuse,

Nos sèves des plaisirs impunis,

Au  flirt des âmes rêveuses.


 


 

  • Aimé 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeep
Posté(e) (modifié)

De bien jolis vers pour un amour impérissable. Cadeau!

Modifié par Jeep

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Edualc

Un hymne à l'amour qui n'a rien d'impudique. Que je trouve même délicat et émouvant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédéric Cogno
Il y a 17 heures, Thierry Demercastel a dit :

J’irai encore à ta  brûlure, 

J'adore. Romantique certes mais passionné comme j'aime et l'exemple cité illustre parfaitement en allitérations le râle du plaisir. Un grand bravo Thierry!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eau de brume

L'amour,source intarissable de la poésie. J' ai adoré me laisser entraîner par son courant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Le 30/06/2020 à 16:40, Thierry Demercastel a dit :

Qu’importent nos instants inventés,

J’irai encore à ta  brûlure, 

Alors tes lèvres  viendront jouer

Et j’attendrai ta morsure.

Poésie très fleur bleue! Un tantinet sentimentaliste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...