Aller au contenu
Eathanor

Le citadin

Messages recommandés

Eathanor

Je déambule dans les artères de la ville. Microbe parmi tant d’autres, perdu dans un flot cyclique et mécanique. Des murs bétonnés étouffent les flancs de l’horizon. Au sol, toujours le même béton noirâtre. Je suis le long serpent sinueux, traversant les faubourgs, m’enfonçant dans la foule des tristes singes costumés pour mieux oublier une triste condition. Mon existence me colle à la peau, vient engluer mes mouvements. Sur mon poignet est apposée la marque de mon asservissement au Temps. Elle segmente mes instants de vécu, les mettant sous la cellophane de la vie prête à consommer.

 

Guerrier des temps modernes, « le citadin », tel est mon seul titre de noblesse. Je surfe sur le dos d’un cupidon vendu à la cause de l’hédonisme. Pour me rassurer, chaque semaine, j’honore une nouvelle conquête sous des draps made in Carpe Diem. Dans le tiroir de ma table de nuit, des préservatifs pour masquer mon impuissance à jouir de la confiance.

Ma boite à rêves me guide dans le dédale d’une infinité de canaux hertziens. Je me disloque dans le grand zapping universel du multimédia, évitant avec soin de zapper sur la chaîne de ma propre vie. La valeur de mes mots se calcule en octets ; celle de mes relations se conjugue en mails.

 

Je croise mes doubles chaque jour, ces miroirs ambulants qui me renvoient mon propre reflet. Mon regard glisse sur eux pour mieux les éviter.  Dans le ver métallique creusant son chemin dans les entrailles de la cité, ils sont tous là. Tous ces miroirs ternes s’évitent dans cet espace confiné, rêvant de pouvoir fracasser leur prochain pour ne plus subir les agressions de leur réalité. Les poubelles publiques vomissent les quotidiens du jour. Informations avalées puis aussitôt régurgitées. Ne surtout pas s’y attarder, mais continuer à se désintégrer dans le flux des kilos bits.

 

Chaque jour, je m’injecte ma dose de mégahertz pour toujours avancer vers mon grand shoot final. Dans une overdose de pixel de douleur, mon âme se disloque.

  • Aimé 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

J'aime beaucoup ce texte très citadin en effet ! Je ne puis y mettre un cœur (il n'y a pas le bidule pour ? ) mais on va faire comme si. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor
il y a 36 minutes, Joailes a dit :

Je ne puis y mettre un cœur (il n'y a pas le bidule pour ? ) mais on va faire comme si.

Je suis en train d'apporter des modifications sur le site d'où ce petit bug. Cela devrait être corrigé à présent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Epicene
Le 17/06/2020 à 00:25, Eathanor a dit :

 

Je déambule dans les artères de la ville. Microbe parmi tant d’autres, perdu dans un flot cyclique et mécanique. Des murs bétonnés étouffent les flancs de l’horizon. Au sol, toujours le même béton noirâtre. Je suis le long serpent sinueux, traversant les faubourgs, m’enfonçant dans la foule des tristes singes costumés pour mieux oublier une triste condition. Mon existence me colle à la peau, vient engluer mes mouvements. Sur mon poignet est apposée la marque de mon asservissement au Temps. Elle segmente mes instants de vécu, les mettant sous la cellophane de la vie prête à consommer.

 

Chaque jour, je m’injecte ma dose de mégahertz pour toujours avancer vers mon grand shoot final. Dans une overdose de pixel de douleur, mon âme se disloque.

 

Superbe atmosphère, j'aime beaucoup !

Un texte bien réaliste et si bien tourné...

 

Merci @Eathanor pour ce plaisir

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
N'Silina

Souvent, à vous lire, je crois déambuler à nouveau dans les ruelles de ma jeunesse, celles que j'ai fui à tire d'ailes. Mais chaque fois, vous leur redonnez leurs lettres de noblesse. Sous vos mots ciselés, désabusés et parfois cyniques, mais si beaux, envoûtants, je redécouvre le charme grinçant d'un monde exaspéré.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...