Aller au contenu
Joailes

Superstitions

Messages recommandés

Joailes

 

 

On dit que treize à table, ça porte malheur. Après avoir refait plusieurs fois la liste de ses invités, Thérèse tombait toujours sur treize. Casse-tête pour cette trentenaire qui ne fréquentait pas beaucoup de monde ; sur internet, elle avait des amis à ne plus savoir qu'en faire. Un seul était important, mais elle n'osait l'inviter.

Sa famille, dispersée aux quatre coins du monde, comptée et recomptée, se composait de douze personnes mais elle pensait bien qu'une ou deux ne viendrait pas.

Trente ans c'est une étape. Thérèse voulait fêter son anniversaire : elle avait bien fait les choses : le repas, commandé chez un traiteur, serait à la hauteur ; son atelier du rez-de-chaussée était assez grand pour recevoir ; elle l'avait bien ciré et son tailleur était de toute beauté.

La veille, elle dormit bien. Tout était prêt.

Il faisait orageux, ce matin là , ce vendredi treize, le manoir était dans la brume et craquait ses parquets comme pour prévenir d'une tempête intempestive.

Enfin, ils furent tous réunis et contre toute attente, les douze étaient venus.

L'arrière grand-père, sur son fauteuil roulant, mourut juste avant minuit.

La nièce attendait un enfant mais le père n'était pas là.

L'orage se déchaîna et la foudre a gâché la soirée.

Les pompiers n'ont pu que ramasser les corps calcinés, Thérèse était définitivement orpheline, mais elle devint superstitieuse, à trente ans.

(J.E. Janvier 2020)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jean Luc

Commentaire écrit durant la lecture...

 

Passionnant à lire, suspense et impatience de lire la suite, angoisse du vendredi treize, manoir hanté? mauvaise sort, manque de chance, drame irréparable. Une histoire vraie sans aucun doute!

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myrtille

Je suis née un 13, certes un jeudi, et je ne me plains pas de mon sort. Seulement le 13 novembre, lorsque je prends un an de plus et qu'à cette date et à la même heure du soir, nous trinquions autour d'une table en famille alors qu'au Bataclan c'était la mort. Nos portables sonnaient de toute part alors nous avons branché la télé, et je ne sais plus ce que nous avions dans nos assiettes ce soir là.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...