Jump to content

Crépuscule marin


Recommended Posts

Joailes

Bonsoir @Filae77 coup de cœur pour votre texte plutôt sombre, fait d'ombres et qui sombre ... dans un néant méli-mêlé de monstres marins. 

Vous êtes habituellement assez discret en ce qui vous concerne, on vous connaît plus comme décortiqueur des poèmes des autres, ici vous mettez un peu de vous et c'est très réussi. 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Jeep

Votre poème est une description remarquable et renouvelée du coucher de soleil sur la mer et du sentiment que fait naître l’agonie du jour qui auraient pu être un peu « cliché », avec des mots choisis comme ce verbe « entre ouvre » en deux mots qui dit plus que son sens littéral et l’image finale superbe du calmar géant qui jette l’encre de son sang sur vos ombres.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Seawulf

De la très grande poésie. Crépuscule marin est un court chef-d'œuvre qui  nous emmène loin dans nos rêves. Un vrai plaisir de lecture pour une réelle prouesse  littéraire. Merci infiniment pour ce partage. 

Il y a 10 heures, Filae77 a dit :

Le soleil enfantait dans son tressaillement

un univers brisé en explosions d'atomes

quand des cieux infinis mouraient infiniment

dans l'éparpillement d'un songe polychrome.

 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Aubussinne

Une plongée en poésie pure qui conduit le regard qui s'embarque mot après mot dans chaque image.

Edited by Aubussinne
  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Filae77,

 

J'ai beaucoup aimé cette façon de revisiter un thème par de délicates circonvolutions : la parataxe qui nous pourvoie en effluves énigmatiques d'un contenu de vérité visé, jamais atteint. Et hop ! un coeur.

 

Edited by Marc Hiver
  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Mohand

Une métamorphose d'un coucher du soleil  à la fin du poème.

Ce qui nous change des descriptions linéaires des paysages crépusculaires.

Merci pour ce joli texte.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Lastcap
Il y a 22 heures, Filae77 a dit :

l'extase et l'agonie méli-mêlaient les ombres

Sublime.

Un univers se crée dans le noir de l'océan.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Troubadour

Un poème où l'ombre domine le paysage de bout en bout et c'est ce qui fait tressaillir le coeur .

 

On dirait un tableau de Dali .

 

Bravo !

Link to post
Share on other sites
Ouintenabdel

Au début j’ai pensé au thème du  big-bang, puis je me suis vite ravisé.

 

Très beau texte où ombre et lumière s’alternent, rivalisent même de beauté : « l'or de sa lumière », « le couchant étale ses splendeurs ». La clarté et l’obscurité  se mêlent à travers la très belle métaphore qui clôt votre très beau poème : « s'ombraient à l'encre de son sang ».

Le ciel et la mer se font face, se confondent via le soleil qui  finit par faire naufrage : « où sombrerait le jour empli de sa rougeur », « Je buvais cette mer où naufrageait le ciel ».

On eût dit un bateau qui sombre dans les flots, d’où le mot « hublots ».

Les mots homonymiques, « sombraient » et « s’ombraient » se faisant écho montrent bien le lien étroit entre la mort et les ténèbres.

On meurt après avoir donné vie : « le soleil enfantait », « soleils engloutis », « L’extase et l’agonie ». 

Un grand bravo !

  • Aimé 2
Link to post
Share on other sites

C'est en effet parfaitement écrit et décrit.

Je ne sais si c'est le paysage vu depuis une cabine de bateau, et si les ombres sont les sources du chagrin.

Mais c'est rudement bien ficelé !

Link to post
Share on other sites
Filae77

Bonjour @Diane, merci de votre commentaire ,mon texte peut suggérer  le ressenti devant la violence (perçue) d'un tableau, et l'impression d'une ivresse 

dans l'anéantissement . Je voulais offrir ce texte à  Charles Boveaud duquel je me sens le plus proche au point de vue de l' esprit et de l' esthétique, mais 

il semble avoir disparu corps et biens  (naufragé dans un de ses propres poèmes?.......)    

Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Filae77 a dit :

. Je voulais offrir ce texte à  Charles Boveaud duquel je me sens le plus proche au point de vue de l' esprit et de l' esthétique, mais 

il semble avoir disparu corps et biens  (naufragé dans un de ses propres poèmes?.......)    

Il semblerait bien que oui, sans doute pris pas ses occupations scolaires, ce dont on ne saurait le blâmer ! 

merci de votre réponse Gérard.

Link to post
Share on other sites
Jean Luc

Un poème qui nous fait vivre par l'écrit un couché de soleil vaincu d'avance qui combat les ténèbres désespérément. C'est très vivant, intense, imagé  et... désespéré, car on pourrait y voir une explosion nucléaire et le chaos s'installant peu après. La bouée de sauvetage qui nous reste c'est heureusement la poésie!

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Lina

Je me suis laissée engloutir dans ces images fantastiques et ce fut un délice : magnifique fin de jour presque apocalyptique !

 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Frédéric Cogno
Le 11/01/2020 à 20:20, Filae77 a dit :

Je buvais cette mer où naufrageait le ciel

Cet instant éperdu m'émeut et me caresse l'âme. Bravo!

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Morvan

Que d’émotions transmises dans cet embrasement de l’âme

Merci pour ce texte magnifique 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
×
×
  • Create New...