Jump to content

L' Adieu au pays


Recommended Posts

Joailes

Il faut partir. C'est dit. Tu n'as plus le choix.

Pourtant, ce jour tu t'es tenu bien droit,

Ta valise à la main, le cœur fracassé.

Tes racines tu voulais t'y accrocher,

Mais tu regardes les côtes s'éloigner

Tes yeux sont tout embués ... 

 

Tu pleures, dis ? On t'a laissé ce droit ;

Tes amis ne reverras plus

Tes pas ne fouleront plus la rue

Où tu as grandi, aimé, appris

Tu y laisses ta vie …

 

Ici c'est la guerre, tout s'écroule de ton petit monde.

Tu regarderas, plus tard, ému, sur la mappemonde ;

Le bateau a pris le large, tu ne vois plus qu'un point

Et ta gorge te fait mal et tu serres les poings …

 

L'enfant ne comprend pas, il est si triste

Il broie sa main dans celle du père. En piste !

Adieu, il ne reviendra pas. C'est l'heure ;

Les paysages tatoués en son cœur,

Il se calme et regarde l'eau ...

 

Adieu, il est déjà loin l'horizon …

  • Aimé 1
  • Attristé 1
Link to post
Share on other sites
  • 7 months later...
Pierre Brandao

Le départ est une souffrance, mais savoir regarder par dessus l'horizon donne aussi des satisfactions. Votre poème, Joailes, s'arrête sur le port, là où la peine est la plus forte... et c'est très bien décrit... Merci !

Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Un texte fort et riche en émotion. Une lente lecture et tout devient palpable. Tristement d'actualité. Bravo Jo!

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...