Aller au contenu

Devant l'augmentation des membres se contentant de poster leurs poèmes sans réagir aux autres textes, merci de ne pas oublier que cette communauté est placée sous le signe du partage.

Recevoir des retours sur ses textes est toujours enrichissant. N'oubliez pas de redonner un peu de ce que vous recevez en prenant le temps de commenter.

Maxence J.

Notes de Max du 13/03

Messages recommandés

Maxence J.

Il s'agit de l'introduction d'une nouvelle que je réalise pour mon lycée. J'ai décidé de faire une narration épistolaire moderne en utilisant la messagerie, les réseaux sociaux et les notes du téléphone. L'histoire est donc : Max, un poète, semble ne plus être attiré par sa copine quand il commence une conversation avec une inconnue.

Notes de Max du 13/03 à 3h24

Plus aucune inspiration. Eve, ma muse, s'amenuise et cela, je m'en rends compte, me nuit. Suis-je encore poète si je n'arrive plus à écrire ? Bien sûr, pour me plaindre, j'écris mais cela me satisfait peu. En admettant que j'écrive assez pour un vers, je me retrouve satisfait pour une seconde où j'en comprends la médiocrité. Eve, c'est ta faute. Inspire-moi comme aux premiers jours où j'écrivais, entre deux inspirations, l'amour de millier de façon. Rends-le moi cet amour. Tu menais les fleuves irriguant la terre, même la plus sèche, de mes pensées. Avec combien de tes phrases m'as-tu abreuvé ? Tu étais aérienne, le violon seul imitait ton vol et tes cordes vocales ; et mes mots, mes poèmes étaient pour ta gorge comme l'archet d'un instrument noble. Nue, tu baignais encore dans la lumière et sur tes lèvres gouttaient en grappe les quelques traces de notre amour ; deux pétales, qu'on aurait cru arrachées de la rose, où ils perlaient sur ses bords étincelants les humides baisers. C'était là, au moment du coucher, que j'observais et j'attendais. Tu avais la face innocente toujours semblable à une clarté. Il y descendait, naïvement, un trait de salive. Au réveil, tu m'invitais, entre deux voiles, à explorer nos intimités ; intimité que l'on garde si secrète que, au jour où on les révèle, notre corps devient exotique et on s'étonne de s'y plonger, d'y voyager comme on le fait vers les contrées asiatiques.

C'est en me rappelant que j'écris. Chacun de trait me semble fade et mal dessiné que je ne pourrais encore les croquer. J'enveloppe de lin, me rappelant les pensées orientales, et espère préserver plus que le temps ne m'enlève. Il m'enlève déjà l'envie d'écrire, de vivre, de jouir et il semblerait qu'il veuille m'enlever la joie de ton sourire.

Modifié par Maxence J.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Si je puis me permettre de vous signaler quelques fautes Maxence :

 

il y a une heure, Maxence J. a dit :

l'amour de milliers de façons

 

il y a une heure, Maxence J. a dit :

Rends-le moi cette amour

 

il y a une heure, Maxence J. a dit :

qu'on aurait cru arrachées de la rose

 

il y a une heure, Maxence J. a dit :

ils perlaient sur ses bords étincelants

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×
×
  • Créer...