noir de l’abyme
là où finit la terre
dans le matin blanc
d’un paradis perdu
à la fenêtre des rêves

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+