J’ai longtemps vu la fleur jaune appelée genêt
Comme un chiendent doré trouvé au bord des routes
Comme un bouquet cocu des jardins en déroute
Qui l’auraient pissé là
Blond et abandonné

Je l’ai longtemps haï de cette peur gênée
Comme un ictère infirme avec boutons et croûtes
Comme une épice amère et saure au goutte à goutte
Que j’aurais vomi là
Sauvage et safrané

Voyez comme aujourd’hui elle est moins symbolique
Qu’une fleur de vessie
Qu’une erreur hépatique
Comme un feu d’artifice acide et assassin

Aimez comme il se doit cette fleur bucolique
Qu’une douceur déçoit
Qu’une odeur inexplique
Comme elle était jadis : soleil souillé malsain

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+