Je me suis saisi de mes rêves fracassés,
ceux jetés au milieu des vieux torchons
humides de toutes ces larmes retenues.
Détrempés, ils pendaient lamentablement.
Alors, je me suis penché en moi-même
et, de ces étranges serpillières oniriques,
J’ai frotté en vain mes vagues à l’âme.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+