La complainte nuageuse du temps nous entraîne.
Elle siffle au firmament de la Mélancolie
Attisant sans cesse les flots partisans du cœur.
La grisaille des idées noueuses nous emmène
Au-delà des cauchemars de toutes les Folies
Traversant les frontières de nos si tristes peurs.
Les ombres du passé réveillent enfin nos vies
Parcourant sans cesse les brûlures disparues
À la recherche de nos sentiments amoureux.
Des dédales damnés en obstacles réunis
Nous osons croire encore en nos vertus
Nous évitant ainsi la Mort avant d’être vieux…

 

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+