Une lanière de cuir
Laisse échapper le tambour
Dans l’écume banale
D’un remous

Alors
Les enfants
Rampent sous la vague

La mélodie
Est au bout
De la cour
Et la sueur
Profonde
Est au front

Pour survivre
Tous les vents
Rêvent
À d’autres chevelures.

 

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+