Pour retenir
Le cœur du ruisseau
Les cimes déchirent
Le secret
Que l’absence sculpte
Sur le visage des vagues
Le silence
Condamne l’aube
Au verso de l’enfance
Troublé d’incertitudes délicates
Le buvard rassasier
De rimes à reculons
Verse une larme
Dans la marge.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+