Borée mène du large
le ballet des tourments
et la ville létharge
essuie ses hurlements
rugissent les oublis
à la vue de la terre
les contes enfouis
redoublent de colère
et des bas-fonds l’écume
seule, transie et pâle
rapporte l’amertume
dans un terrible râle
car les morts apatrides
y font tinter leurs fers
réclamant au grand vide
le regard de leurs pères

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+