Magnétique
La référence
Entre les guillemets du vent
S’inscrit à bout de souffle
Dans le filigrane du faussaire
Sans évoquer la nuit
Seul le soleil naïf s’assoupit
Dans le lit du ruisseau
Et le pain est au four
Gardien de notre avenir
Comme si personne
Ne pouvait s’endormir
C’est alors que l’encre survient
Éclaboussant l’écritoire
D’une multitude incohérente
De points virgules
Qui sécréteront la forme féconde
De nos contradictions
C’est dans un vacarme incroyable
D’orages
D’images et de silences
Que le sentier se trace
De toute évidence
La limite est passible de cécité
Et la distance
N’a de borne
Que l’exil.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+