À toi, mon Espagnole,
Qui dans tes mains tenais
Mon cœur en forme de guitare
Sur la route enchantée
De mon Eldorado.
J’étais à moi-même inconnu
Sur des chemins perdus
J’allais sans le savoir
Mettre au tombeau l’espoir
Avec pour épitaphe
« Alma,Corazón y Vida »

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+