Derrière le tombereau des mots fusillés,
Il reste juste des silences.

Des copeaux de ciel blafard
—— Sur le bleu de mes rêves endoloris,
Des bouts de toi
—— Comme des veines dans le marbre brisé.

Sous le fumier des jours baveux,
—— Une brisure sur la crête du cœur,
Des trous dans les certitudes
—— Comme une absence tissée d’embruns.

Épinglés au revers de ton nom,
Il reste des papillons crépusculaires.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+