L’éternité perdue
Dans ce grain de sable
Me donne le vertige.
De la vie qui se mue
À ce doux visage,
Je recherche l’invisible.
Au gré du vent salé,
La fleur du rivage
S’accrochera aux dunes.
Sondant la destinée,
Fixé aux nuages,
Je relance les runes.
Sa Liberté passée
Tressaille dans la nuit
À la recherche du vent.
Et mes envies rêvées
Parcourent mon ennui.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+