Lézarder, sous un coin de ciel
S’imbiber de soleil
D’air, libre, se griser
Sans complexe, paresser.

La belle échappée
Fuit l’ordre du jour
Dérange.

Mes plus fortes sensations
Je les dois à mes intuitions.
Quand je les laisse me gouverner
Que je cède à ce qui me démange
Je traverse d’autres dimensions
À la rencontre de dérivés de moi-même.

Je perds conscience de ma présence
Du vraisemblable, de ce qui s’ensuit, sans cesse
Je marche sans point de mire et sans boussole
Inspirée par l’au-delà de moi
Je provoque l’inattendu
Crée de l’incertitude, inespérée.

C’est comme rejouer ses premiers pas
Endurer
Ne plus ramper.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+