Assis sur son boulet, qui figure la Terre,
Un célèbre soldat propulse vers la lune
Ses faits d’arme vaillants. De jour, comme à la brune,
Il chevauche son Rêve, et nul ne fera taire

Le récit très exact de ses exploits de guerre.
Cet homme prodigieux est le baron volant.
Son nom : Münchhausen. Vers le ciel s’enrôlant,
Loin du champ de bataille, il fut chanté naguère :

D’un brocard affublé, on ne le peignit guère
Dans un conte allemand que pour mettre en lumière
Sa vantardise espiègle et tel un Matamore
Qui se jouerait de tout, y compris de la mort,

On peut le rapprocher de Tartarin d’abord,
De Bergerac enfin, le Cyrano premier,
Ce sympathique héros qui bataille au grenier
Tuant d’un coup d’estoc, mille hommes, un record !

Il combattit le Turc et l’empire Ottoman
Sous la bannière russe. Un pareil mercenaire
Fréquente le manège au divin luminaire
En ses grands astres d’or. Dites-moi qui ne ment ?

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+