La forêt veille
Sur l’ombre qui bascule
Et plonge furtivement
Ce refuge étourdi
À l’aplomb de la nuit
C’est alors que foudroyante
Souffle la forge
Et que recule le cercle palpitant
Enflammé d’épines
Désorientée la boussole
Condamne la silhouette
Du forgeron
Qui semble se détacher
Pour mieux confondre
Sur fond d’acier
Cette uniformité constituée
L’audace parfois
Ouvre in extremis
La faille de la cohérence
Alors la brèche se fait gouffre
Et la blessure
Naissance.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+