Il y a mon ciel d’azur
Mon ciel des quatre saisons
Sur la forêt refermée
Loin des quatre chemins

Il y avait ma prison de verdure
Mon jardin des quatre murs
Aux fleurs ensanglantées
De mes quatre ans

Il y a une piste
Qui s’y perd
Et moi qui m’y retrouve
Et moi qui vieillis
Au milieu des arbres qui poussent
Et du ciel qui m’échappe 

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+