À travers lupins et genêts
J’ai surpris sur la Cordillère
Deux condors qui dans un ballet
Embrassaient les cimes altières
Vêtus de blanc et d’un nuage
Dansaient aux pas de la cumbia
Sous le vent une aile au passage
Implorait la Pachamama
Que le rituel s’accomplisse
Mais terre est ronde, où vont ses eaux
L’air et le feu sont-ils complices
À gonfler mers, lacs et rios
Sous un soleil conquistador
L’oiseau sacré dresse l’échine
Des monts andins en justaucorps
Une muraille encre de Chine

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+