Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les thématiques 'Septembre 2018'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par thématiques

    Saisir les thématiques en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Les publications de nos membres

Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Des muses et des jeux
    • La coupole dorée
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

5 résultats trouvés

  1. Il pleut dans le vieux cimetière, Une aube noire agenouillée Tombe l'étoffe de prière Sur le silence des allées. Des pardessus gris de nuages, Des statues velues de moisi, La veuve aux funèbres voilages Froisse les larmes de l'oubli. Ici, un reste de couronne, Des visages qui ne sont plus, L'ovale usé d'une personne Mouillée de pluie au vent perdu. Un soldat, tombé dans la Somme, Là, des brodeuses de chagrin, Oui, vous serez ce que nous sommes... Dit la plaque rouille-gredin. Un angelot ouvrant ses ailes, Corolle éphémère du jour, Aux langes à jamais éternelles, Parti dans son rêve d'amour. Ah, le regard des vierges sombres... Fixant la boue et les hivers Dont la douleur sait interrompre Le frêle gloussement de l'air. Lambeaux de souvenirs profanes, Les pense-regrets prennent froids, Un vase embrume sa tisane Et les fleurs crissent sous les croix. Et l'odeur du deuil se sous-boise En un doux duvet de perdreau Léchant des noms sur les ardoises, Collant des feuilles aux tombeaux. J'aime au plus profond de l'errance, Étreindre en moi tout doucement, Ces parfums, cette succulence, Le long des marbres inquiétants. Comme un trouble-appel qui s'approche, L'écoulement de l'au-delà, Devancer la pelle et la pioche, Rire en secret de ce convoi. Il pleut dans le vieux cimetière, Une aube noire agenouillée Tombe l'étoffe de prière Sur le silence des allées. Il pleut dans le vieux cimetière, Fantômes aux foulards givrés, La mort garde sa jarretière Mais j'ai cueilli sa rose thé...
  2. Il y a tant de mystères qu'emporte le vent Dans ses tombeaux de poussières Tant de cerfs-volants en détresse Et de ballons éparpillés Comme des bulles dans l'eau du ciel. Souffle-moi tes secrets, souffle donc tes histoires Vente les promesses envolées, les paroles à l'emporte-pièce Et le pollen léger que tu traînes à mes pieds Comme un poème chargé de particules en liesse. Ouvre le bal de ta danse enfiévrée Fais virevolter les feuilles en tornades Que valsent leurs robes de princesses défuntes Aux silhouettes peintes de majesté. Je ne rapporterai rien, je tairai ta musique Sifflant dans mes ouïes attentives, Et je me baignerai dans tes effluves marines Le long d'une mer vaguement essoufflée. T.G
  3. Noran

    Elle m'aime

    Elle m'aime Sur les divans du soir, Les matelas fendus Sous l'arc long de ses jambes Qui dessinent un puits Où je me noie ; je l'aime Une braise aux lèvres dans la baie du désir. Elle m'aime Dans les spasmes cintrés Que tète encor ma bouche Au buvard embrasé Sur le bout de sa joie Et au creux de ses reins Où je me fonds pendu aux cordes du plaisir. Tant je l'aime Qu'en sa source brûlante Je bois tout l'inconnu D'un fleuve féminin Renversé de vertiges Explosant à l'extase Et dont la volupté suffit à m'éblouir.
  4. Yguemart

    Vaine fuite

    Le bois craque aux pas échappés courant la peur assombrie de la nuit aux petits bouts de Lune jouant sur la lame étincelle d’étoile pour une déchirure au dos de la chemise une blessure sépia s’étalant en sanguine aux bords adoucis de lymphe le souffle s’éteint les arbres vacillent le visage s’écrase dans la mousse les feuilles mortes
  5. thierry demercastel

    C’est un tout mais…

    C’est un tout, ce n’est rien, Une ombre claire qui va, Un sourire en déclin, Le bruit morne de nos pas. C’est un tout, presque rien, Ton front, tes lèvres sans mot, Un jour pâle qui s’en vient En un dernier sursaut.Et je regarde sans cesse Aux portes des levants, Comme on cherche une adresseEn son mystérieux chant. Ainsi tournoie l’absence, Un rêve encore enfant, Des brumes avec aisance Aimantées au néant. C’est un tout mais c’est toi, Douce, qui creuse ma douleur À cet endroit qui bat Où vibre si fort ton cœur.