Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Rivages obsolètes'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • Les plumes dorées
    • Le panthéon des poètes disparus
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • Support et assistance
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Groupes de marqueurs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Collections

  • La FAQ du nouveau venu
  • Questions en brouillon

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

5 résultats trouvés

  1. Native des environs de Bordeaux, gironde, souffrant d’acédie*, mafflée*, lendore* de surcroît, mâtine*, au village malvoulue*, elle s’assota*, allez savoir pourquoi, d’une demi-passion* valétudinaire* pour un roquentin* nicet*, roger-bontemps*, patte-pelu* usant de blandices*, d’allèchements* qui le rendaient chatouillant* et alliciant* bien que pacant*, ocieux* et maroufle*. L’entêtement alouvi* de l’une ainsi que les mirliflores* de l’autre attisèrent une concorde*, une aménité*, qui ne tardèrent pas à engendrer
  2. Un abbé abigoti*, abstème* de surcroît, achevait ses offices un peu grisé, en émoi, après absorption prescrite du raisiné divin. Ses ouailles dispersées, l’agréable idée lui vint de sombrer sur une boudeuse* pour s’y acagnarder*, le temps d’une rédemption salutaire, déparpaillée* énergisante, pourvoyeuse d’équanimité*. C’est là qu’un jour le clampin*, un tantinet bégaud*, croisa le Malin, aussi malfaisant qu’un corbeau fardé en appareilleuse*, attrape-minon* affétée* avec qui il cailleta* durant une éternité. La friponne, q
  3. Promesse enjôleuse faite à Marie par un mari fort marri du passage de Gaby Nous attendrons une embellie afin de fuir ce margouillis pour filer en filanzane* ou en brève caravane loin de l’horizon nacarat et ses touffeurs d’épiscopat ultramontaines vastités* où planter sous les cieux astrés* nos chacunières entoilées nous emboucaner au couchant nimbés de zéphyr bienséant nous repaître en thébaïde des tripotages séides. * filanzane : chaise servant à transporter les voyageurs vas
  4. Dans le vairon liquescent* de la nuit, Quand le jour froidureux* à l’œil fadet Ose l’éveil dans l’horizon feuilli, L’évent du large, comme un camouflet, Offre au loup de mer un courroux fluet Tempête, happelourde* galimafrée, Margouillis pissatoire*, loriquet ! Qu’il y a de choses dans un chosier ! On échoue dans une bonace inouïe Qui, comme ripopée* au fond d’un baquet Lavasse tartouillée* offre aux esprits Sa chacunière d’un concolore* épais, Crapaudière conglutineuse fustet, Où l’on n’imagine pas appâter, Na
  5. Mars est de l’aquilon le sceptre mon sire Laissons-le s’épuiser en frimas en ondées Laissons-le s’acharner en sombres giboulées En cieux de déraison folies d’un empire Avril est un pervers un manant qui conspire Qui sur des cœurs en joie dépose ses gelées Qui plane sur ses proies à longueur de journées Et qui rompt dans ses serres le soir qui expire Quand naît le mois de mai sur son berceau d’azur Quand l’astre en chapelets récite les fruits mûrs Aiguillonne les cœurs sur la sente allumée Allons mo
×
×
  • Créer...