Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Mars 2019'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Categories

  • Publications

Categories

  • Les publications de nos membres

Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • La coupole dorée
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Collections

  • La FAQ du nouveau venu

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Found 5 results

  1. Là où la lune boit la colline, les lilas bleus, les murs de pierres sèches Près du saule pleureur sur le puits de granit Un simple caillou fait vibrer des cercles de joie L’instant a un goût d’éternité Elle sait les mains ne se frôlent qu’à travers des barreaux Mais elles sculptent les arbres morts, insufflent la vie
  2. Isabelle64

    Inspiration

    Le monde est noir profond, l’avenir semble éteint La vie s’est retirée ne laissant que des ombres La lune s’est drapée d’un immense manteau sombre Les couleurs sont parties jusqu'au petit matin. Je suis enveloppée par la nuit de satin, Je vais de pièce en pièce dans la froide pénombre Mon cerveau s’est défait de tout ce qui l’encombre Je regarde sans voir, dans un miroir sans tain. Quand le sommeil me fuit, je plonge en moi, je fouille, Et soudain par hasard dans les éclats de rouille Je trouve comme une pépite, une perle qui luit. C’est une fleur délicate aux étamines dorées, Une couronne de mots dont je me suis parée Pour qu’enfin reste en moi l’espérance qui fuit.
  3. Rendez-vous où tu sais pour ce que tu sais. Je viendrai avec des jonquilles ces « jolies jupes de filles » comme tu les nommais. Te souviens-tu mon aimée ? Elles sont belles cette année, d’un jaune peu imaginé. Je les mettrai dans le vase rouge près de notre photo de mariage. Sans aucun doute, tu les aimeras et peut-être tu me pardonneras. Je n’aurais jamais dû partir et te laisser seule souffrir. La maladie m’a toujours fait peur, je ne supporte pas les douleurs, les miennes comme les tiennes. Tu attendais que je revienne, mais j’étais parti loin, très loin, je ne voulais pas être témoin de ta souffrance, mon amour. Mais je viens en ce jour poser des fleurs sur ta tombe. À ton cri muet, je succombe. (ceci n'est que pure fiction) (Photo personnelle)
  4. Thierry Demercastel

    Dites-moi que vous viendrez

    Vous passerez, oui, dites-moi que vous viendrez Quand l’air du soir vendange les vieux souvenirs, Que l’étincelle au bord de vos yeux tant aimés Ne cessera jamais, non jamais, de fleurir. Vous passerez, oui, vous passerez sans pleur, Comme ce premier jour en son vaste sourire Où, dans le lointain, chantaient de sombres rumeurs, Des vents informes dont les cœurs se déchirent. Vous étiez mon idéale inconnue, O métamorphose hideuse et glacée Des morts en la terre, en leur souffle retenu, Où l’ombre se dissout sur leurs chants dévoisés. Vous serez, quand jaillira enfin l’éclaircie Au décolleté d’une aurore permise, Ni désastre ni trouble où prêche l’ennui, Juste un rêve bleu aux lèvres soumises. J’entends mourir les vagues sur les rochers, L’ivresse de celles tant de foi revenues, La mer, la douloureuse, la mer ma bien aimée Sait notre amour, en nos âmes contenu.
  5. Il est fatigué de faire le clown, de dessiner sur sa bouche des lèvres factices aux commissures rieuses . Le crayon dévie parfois et dessine une larme sous l’œil de l'ami Pierrot sur un nuage de mots parme. Il ne peut s'empêcher de faire pleurer les petits enfants quand son cœur n'est pas gai il ne peut les tromper le clown fond le maquillage coule sur toutes ses armures de peintures il s'inscrit au chômage aux sans domicile fixe sans ce sourire démesuré qu'il ne sait plus dessiner, il est perdu il pleure sans rouge à lèvres et n'a plus besoin de crayon pour dessiner sa larme la maladie de clown qui manque d'amour n'est pas reconnue dans le fichier des longues maladies elle est incurable Les clowns meurent de chagrin un joli chagrin caché dans leurs pirouettes et quand ils sont trop fatigués ils balaient leurs larmes d'un geste de la main pour offrir leur coffret d'étoiles ils envoient avant de partir leurs paillettes leurs tours de magie, leurs beaux sourires rouges à lèvres et tous ces rires d'enfants qu'ils ont gardés au pavillon de leurs oreilles pour les lancer de très haut. Et la terre résonne de ces rires là … Plus tard, beaucoup plus tard, ce sera la journée internationale du clown On se souviendra de lui une fois par an, un jour précis, ça le fera sourire un beau sourire sans maquillage et ça le fera rire sans crayon, sans rouge à lèvres. (J.E. Mars 2019)

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×
×
  • Create New...