Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'LAMARTINE Alphonse de'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • Les plumes dorées
    • Le panthéon des poètes disparus
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • Support et assistance
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Groupes de marqueurs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Collections

  • La FAQ du nouveau venu
  • Questions en brouillon

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

2 résultats trouvés

  1. Es-tu d’Europe ? es-tu d’Asie ? Es-tu songe ? es-tu poésie ? Es-tu nature, ou fantaisie, Ou fantôme, ou réalité ? Dans tes yeux l’Inde se décèle, Sur tes cheveux le Nord ruisselle ; Tout climat a son étincelle Dans le disque de ta beauté ! Sœur des Psychés, ou fille d’Ève ! Quand ma jeunesse avait sa sève, C’était sous ces traits que le rêve M’incarnait en un mille amours ; Je leur disais : « Je vous adore ! » Ne disparaissez pas encore !… » Mais ils fuyaient avec l’aurore, Et tu renais avec les jours ! Oh ! pourquoi, divine inconnue, Pourquoi si tard
  2. Sophie

    À Laurence

    Es-tu d’Europe ? es-tu d’Asie ? Es-tu songe ? es-tu poésie ? Es-tu nature, ou fantaisie, Ou fantôme, ou réalité ? Dans tes yeux l’Inde se décèle, Sur tes cheveux le Nord ruisselle ; Tout climat a son étincelle Dans le disque de ta beauté ! Sœur des Psychés, ou fille d’Ève ! Quand ma jeunesse avait sa sève, C’était sous ces traits que le rêve M’incarnait en un mille amours ; Je leur disais : « Je vous adore ! » Ne disparaissez pas encore !… » Mais ils fuyaient avec l’aurore, Et tu renais avec les jours ! Oh ! pourquoi, divine inconnue, Pourquoi si tard
×
×
  • Créer...