Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Juillet 2020'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Categories

  • Les publications de nos membres

Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • Les plumes dorées
    • Le panthéon des poètes disparus
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • Support et assistance
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Collections

  • La FAQ du nouveau venu
  • Questions en brouillon

Marker Groups

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Found 6 results

  1. Le temps s'est dilaté La brise froisse les palmes Chants d’oiseaux Cris d’enfants Le poisson-chat nage longtemps Dans les roseaux tranquilles Ombre calme Lavandière du Mékong Femme-orchidée de l’onde L’étoffe pressée Pleure Dans l’eau cendrée Du fleuve
  2. Kanth

    Le Gabier

    Le Gabier Le vieux bordé souillé craquait dans le silence L’entrepont recouvert d’une paille moisie Etait plein de captifs cherchant la somnolence L’évasion du sommeil, bienheureuse amnésie Oublier un instant qu’ils étaient prisonniers Sur ces pontons du diable, parodies de vaisseaux Génération perdue, matelots, canonniers Croupissant dans la fange tels de vulgaires pourceaux L’Anglais laissait pourrir dans ces geôles déloyales Au fond de ses grands ports, ses arsenaux géants La fine fleur humaine de la flotte i
  3. Enclore la quiétude « Le bruit du silence, mon innocence ! » Dans la salle des pas perdus à l’orée du silence d’un monde clos mes idées vagabondent et se perdent aux confins des sables d’or. Mes mains s’organisent en lignes claires, harpe imaginaire aux mots transparents arpège musical aux pas dansants, j’enroule des épaules nues à mes rêves insensés, goûte aux lèvres fuchsia d’un visage séduisant, douce minéralité gouleyante, cristal d’amour insaisissable. Et la mer débagoule de bruissements a
  4. Ahmed Ben Mahmoud

    Raisins d'automne

    J’écoute la pluie tisser le doux roulis des graines je vois l’étoile danser sur les secrets des raisins d’automne mes pas empoussiérer la graminée du temps j’ai en tête de mettre ma joie à la disposition de la lampe inlassable pour peu que le feu repeigne le bois de mes barques profondes. © Ahmed Ben Mahmoud. (Peinture de Jonas Lundh, prise sur le net)
  5. L'amnésique nostalgique Matin mouillé de larmes, fertile en rêveries.... quand le regard s'aveugle à la blancheur des voiles; mais le temps sur l'histoire a tissé une toile, et nos paupières s'ouvrent sur l'aube d'un jour gris. Où est la poésie d'une terre natale quand les yeux interrogent un horizon muet? Ce passé qu'on appelle se dérobe et se tait mais toujours reste en nous la vision idéale d'un vaste et beau pays où fleurit la bruyère; ciel calme et vaporeux parcouru d'oiseaux blancs, de grands arbres courbés sous les vents domi
  6. Camine

    Tableau

    la plage suspendue en blanc le chant de l'albatros avec la blessure de la mer et de l’horizon la fleur de coquelicot sauvage. en arrière-plan ton rêve sinusoïdale abyssale vers le chêne des mots vivants avec la pyramide sur le coté gauche et le vert sur l'autre bord. quelque part - parfois un chevalier et un cheval. la-bas sur la digue mes pierres la fontaine des matins d'un homme sage. l'autre rêve la cendre et le dé du joueur avec le hasard. et
×
×
  • Create New...