Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Chronique de lecture'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Categories

  • Les publications de nos membres

Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • La coupole dorée
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Found 1 result

  1. Certains livres que vous n’auriez jamais achetés arrivent entre vos mains sans prévenir. Ils peuvent être l’occasion de découvrir un auteur talentueux dont vous ignoriez l’existence ou bien, à l’inverse, ils nous ouvrent les portes d’un style médiocre, sans aucune originalité, et surfant sur les modes du moment. Assurément, « L’homme qui voulait être heureux », de Laurent Gounelle, fait partie de cette seconde catégorie. Cadeau de mes parents lors d'un Noël, il est resté un moment sur les étagères, le temps que je termine la lecture de quelques romans de cet écrivain de génie qu’était Philip K. Dick. Le décalage n’en a d’ailleurs été que plus fort, un peu comme si vous passiez d’un foie gras à un vulgaire pâté discount. Pourtant, cet ouvrage se classe parmi les meilleures ventes du moment en librairie. L’histoire est très banale. En vacances à Bali, un homme se décide à aller consulter un guérisseur renommé avant de repartir chez lui. Shaman de son état, celui-ci lui fera prendre conscience de tout ce qui entrave son bonheur à vivre. Si d’un point de vue strictement physique, il est en parfaite santé, son âme ne se porte pas aussi bien. Ce constat dressé, il lui propose une thérapie afin de reprendre le contrôle de cette vie qui lui échappe. Et c’est ainsi que nous voilà partis pour un peu plus de 200 pages d’un discours psychologique populaire de bas étage à la sauce new-age, versant dans cette veine feel good dont les têtes de gondole dégueulent. Rien d’étonnant donc au classement de cet ouvrage dans la catégorie « Développement personnel ». Au fil des chapitres, le lecteur apprendra que tout se passe dans la tête, dans laquelle nos croyances inscrites depuis notre plus tendre enfance conditionnent nos choix et notre vision de la vie. Il n’appartient qu’à nous de nous en affranchir pour recouvrir la pleine destinée de notre existence. Pour résumer, quand nous voulons vraiment, nous pouvons. Vous avez un métier dans lequel vous n’êtes pas pleinement épanoui, une famille qui vous pèse ? Qu’à cela ne tienne. Rien ne vous empêche de faire fi du jugement de votre entourage et de tout plaquer pour rebâtir une vie conforme à vos rêves. Le manque de finance, les expériences à acquérir, l’absence d’un réseau relationnel, aucune de ces réalités ne sauraient constituer un obstacle. Ce « roman » donne de l’être humain une vision intrinsèquement positive. Rien n’est impossible pour qui veut y croire et s’en donner les moyens. Tout cela est donc très cucu la praline et naïf. Il n’est cependant pas étonnant que ce livre rencontre un franc succès puisqu’embrassant cette mode du développement personnel à travers des théories simplistes. Si encore le style était de qualité, il m’aurait été possible de défendre à minima ce livre. Ce n’est même pas le cas. Au contraire… Le récit est mal écrit, avec des dialogues aux tournures creuses, sans intérêt et des comparaisons qui pourraient figurer en bonne place dans la rédaction d’un élève moyen. En somme, si vous avez une vingtaine d’euros à mettre dans un livre, je vous conseille plutôt de vous orienter vers des romans autrement plus littéraires à l’image de ce bijou qu’est « Le prophète » de Khalil Gibran. Il y a certainement bien plus à en retirer niveau développement personnel et la poésie qui en imprègne les lignes est un délice, à cent lieues de cet homme qui voulait être heureux.

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...