Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Avril 2019'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Categories

  • Publications

Categories

  • Les publications de nos membres

Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • La coupole dorée
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Collections

  • La FAQ du nouveau venu

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Found 5 results

  1. Mohè

    le givre

    Dans une poignée de lendemains, à la renverse peut-être dans les journées qui se baissent les unes après les autres, le dos plat, ta bouche jusqu'à la mienne. Comme l'éclipse, celle qu'on attend aux solstices, celle qui allume la lumière dans l'abysse de ta pupille, faîte d'ombres et d'incendies ; je te tiendrai dans ma main. Givre à bout de lèvres, vapeur, comme une fumée de cigarette peuplée d'incandescences, nos étincelles comme nos langues dessineront des contrées inconnues. Au bout de l'hiver, une porte qui s'ouvre ; et sur la voie qui nous y emmène je sens ton regard planté dans mon dos - j'aime le goût du métal de ton couteau.
  2. Diane

    Averse

    L'averse a crevé le ciel violente en stridentes griffures Des larmes de prunus roses jonchent la rue mouillée la nuit froide et apaisée s'est posée sur nos draps fatigués Viens Dormons maintenant ------------
  3. Dans le craquement d’un silence, des cris sur le marbre glacé. Dans les larmes gelées, des lendemains sans bagage. Derrière les masques de carnaval, du sable plein la bouche Tandis qu’au fond de nos poches traînent de vieux arcs-en-ciel oubliés
  4. Muriell

    Rendez-vous

    C'est le douze ! sur mon trente-et-un de la louze, je terrifie mon regard d'un mascara noir. Sur mes lèvres rose-espoir se croquent des notes aux saveurs mélonautes*. Tandis que je crécelle mes plus hauts décibels au macro-pascal de l'extrême, et que "L'amour est enfant de bohème", inonde les ondes sylphides, j'entends les choristes du huitième frapper le plafond d'un balai perfide. Aujourd'hui, rien ne m'attriste, j'ai rendez-vous. Je dévale, l'escalier qui n'en finit plus de colimaçer. Neuf fois trois cents soixante degrés plus bas, sur le palier de serge le concierge, je concède un millimètre virgule trois de nylon beige à la porte ultime, sabotée au rabotage qui me sépare de mon destin. J'enjambe un chien bâillant sous ma maille, le cabot désinvolte qui laisse parfois ses crottes, sur les bienveillants "bienvenus" de la résidence "Les dahus". Alors de magnifiques jurons résonnent en échos polyphoniques, suivant une trajetoire plus qu'aléatoire, le long des couloirs acoustiques. Les parties communes en miroir se disputent le privilège, de chasser "Exquineige", le toutou bien-aimé du pépé du premier. Les yeux du vieillard se remplissent de larmes, de belles grosses gouttes humides, qui font renoncer dare-dare à lui imposer comme drame la perte de l'animal stupide. Je salue le voisinage, offrant mes mots au vent, pas certaine à vrai dire que le corps de ma phrase à l'allure compressée fût saisie de tous. Mes bas se filent, sur la chaussée escarpée. Feux rouges-baisers et rapides convenances, inconduisent un chauffard de circonstance. L'escarpin chausse à volonté le pas pressé. Le passage piétine, sous pieds-épris, Mon rendez-vous approche son heure de gloire. L'enjambée joue de la rue en cogne-trottoir, Il apparait la mine réjouie. Je termine contre son coeur ma course folle, Il me gâte de sa bouche dont je raffole. * Nom propre du Grec melos chant mélodieux et nautes navigateur, inventé pour faire une rime même pas utile, ce mot a cependant un vague rapport avec l'histoire, sans la faire avancer, il ne la fait pas reculer non plus.
  5. Plumepoete

    Lune

    La sueur de lune dans ton cou, est-ce le bruit de la nuit en équilibre sur ton épaule ? Est-ce les pas de mon sang dans le sable noir ? J'ai déjà bu tes paupières. Je m'arrête devant ce tracé au khôl de tes rêves. J'ignore la force d'un baiser, je la traduis en mots, ceux de l'ombre, que m'offre la poésie.

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...