Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Antipoésie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les agoras poétiques
    • À l'ombre de vos vers
    • Plume errante
    • Des muses et des jeux
    • Résonances poétiques
    • Le panthéon des poètes disparus
  • Au fil de la plume
    • Carnets de bord
    • Au coin du feu
  • Autour d'Accents poétiques
    • Support et assistance
    • La boîte à idées
    • Les actualités de la communauté
    • Les actualités de nos éditions

Groupes de marqueurs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Collections

  • La FAQ du nouveau venu
  • Questions en brouillon

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

4 résultats trouvés

  1. Si je dois supprimer le noir de mon poème Et conserver le blanc pour en nier l’expression Ne prendre que la marge indemne de graphèmes Il reste le non-dit éludant les questions C’est que la vie des mots réduits à leur morphème Est encore bavarde et sans adéquation Avec l’aveu intime en posant le problème Qui veut que le poème inclut sa négation L’âme au-delà des mots exprimée dans les creux Quand le discours fait place au silence vertige Est le versant caché de l’écrit ténébreux Et les vers les plus beaux resteront enfouis Dans un ailleurs rêvé du poète ébloui Par l’abîme inconnu dont il voit le vestige
  2. Remue-méninges flou entre les lignes blanches Mots brebis du troupeau dont je suis le berger Je veux vous rassembler par un effet de manche Cherchant à vous mêler et à vous engranger J’avoue que je m’ennuie quelquefois le dimanche Et que je n’ai le cœur même en étant léger À rechercher le verbe et l’expression qui tranchent Alors que tout me fuit et paraît étranger Il faudrait qu’une idée un souvenir flottant Reviennent en surface et par magie déclenchent L’éclair tant attendu qui brille dans l’instant Mais la vasque est vidée et la source tarie Il me reste l’effet en guise de revanche D’une chute imprévue à n’importe quel prix
  3. Poème de la nuit inspiré par le noir Aux reflets argentés qui jamais ne soulage Des cruelles clartés entrevues dans le soir Comme un tableau géant de la main de Soulages Poème de ma vie issu du désespoir Dont la noirceur intrigue au-delà de mon âge Tu es dans la lumière et je suis ton otage Car d’avoir cru en toi me tient en ton pouvoir Poème sombre écrit qui n’avait su prévoir Les pensées absorbées par d’autres bavardages Dans ton encre de Chine où s’inscrit mon devoir Je voudrais te creuser poème pour savoir Ce que cache ta peau sous ton obscur nuage Lire ma vérité sous les coups du grattoir Soulages, Outre Noir Photographie personnelle prise au Louvre le 30/12/2019
  4. Le poème en puissance en rêve et non écrit Est le but absolu et la beauté parfaite Auxquels j’avais espoir d’accéder cœur en fête Après bien des échecs et essais incompris Il faut ici me rendre à l’évidence au prix D’une longue patience et d’une joie surfaite La poésie du vide est aussi imparfaite Qu’un monochrome peint dans des teintes de gris Sonnet minimaliste exprimant mon absence Je voulais te donner au moins quelques couleurs Mais tu ne réponds rien et te mets en vacance Je suis dans le désert loin de la poésie Les mots à l’horizon sont brume de chaleur Un mirage où ma soif ne peut être assouvie
×
×
  • Créer...