Jump to content

Our Picks

Top content from across the community, hand-picked by us.

Je ne serais plus poursuivi par
Je ne voudrais pas que
Mais j’espère vous voir si
Par exemple quand 
 
Mais si voulez savoir pourquoi 
Je ne sais pas comment 
Les histoires qui se terminent en
Comme diraient les
 
L’intérêt finissant pour
Si les promesses vont
L’important c’est 
Il faut croire à
 
Je vous avoue que
J’ai un élan vers
Je ne sais plus où 
J’interroge mes
 
Aurai-je des réponses aux
Si vous m’aimez je
Quand nous serons au
L’amour est le paradis des
 
 
 
    • Aimé
  • 11 replies

C’est un brin de demain ce moment où l’on sent
qu’on est autre qu’une île au coeur d’un océan,
brindille si fragile au milieu d’une rue,
prends bien garde que nul ne lui marche dessus.
 
C’est un écrit de soie ce moment où l’on voit
ce que les mots avouent, mais ne nous disent pas,
un papier tout léger sur le pont d’un bateau,
prends bien garde que nul ne le jette dans l’eau.
 
C’est un grain d’accalmie ce moment où l’on sait
que de n’attendre rien nous permet d’espérer,
graine dissimulée dans du charbon de bois,
prends bien garde que nul n’en fasse un feu de joie.
 
C’est un flambeau promis ce moment où l’on peut
refermer les volets et ouvrir grand les yeux,
une flamme qui luit et que nourrit la brise,
prends bien garde que nul ne souffle par méprise.
 
Éphémères moments, dans la nuit ils scintillent,
et puis, feuillage mort que le vent éparpille,
s’envolent quand s’en vient l’automne et au solstice,
s’amassent sur le sol et la terre nourrissent.
    • Aimé
  • 25 replies

C'est un jour gris et froid comme un tablier sous un préau
sous les platanes glauques dans tes yeux de chrysanthème
sur les pierres rudes où le temps cascade dans une flaque d'eau
c'est pas en novembre qu'on se dit je t'aime
 
il y a bien trop d'ombres entre les doigts des marronniers
de la mousse verte comme sur un pupitre d'écolier
l'on finit par aimer le bruit de pas sur le gravier
et ce parfum de feuilles qui ne cessent de tomber
 
et puis les yeux comme des arbouses tellement brûlants
sur la pierre je ne porterai jamais de chrysanthèmes
ni d'autre fleur. Si, peut-être, une seule fois au printemps …
mais c'est pas en novembre qu'on se dit je t'aime.
(J.E. Novembre 2019)
 
    • Aimé
  • 18 replies

Il n'y a plus de réponse, ce matin. 
Juste quelques éclats de lune épars 
Un bout de soleil fracassé 
Un prénom morcelé 
Et un immense silence ! 
Puis des larmes, des larmes... 
    • Attristé
    • Aimé
  • 15 replies

Des yeux comme les tiens, le poète y prend goût...
Ombres d'un grand vaisseau sur l'océan du soir,
Lugubres, sous la lune, ensorceleurs de proue,
Ondulant à jamais fantomatiques et noirs.
Rêveuse au gré des flots, tu hantes encore le pont,
Esseulée, éperdue, au milieu des étoiles,
Saisie d'un doux parfum, l'horizon te répond,
 
Messager du couchant, il veut hisser tes voiles!
Ainsi tu t'abandonnes et sans l'espoir d'un port,
Ton regard si lointain aux cargaisons secrètes,
Traverse un long émoi maternant les tempêtes
A jour de tes amours jetés par dessus bord...
    • Aimé
  • 16 replies

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...