Aller au contenu
  • La voix d'un ami


      Auteur : Desbordes-Valmore, Marceline

    Si tu n'as pas perdu cette voix grave et tendre
    Qui promenait mon âme au chemin des éclairs
    Ou s'écoulait limpide avec les ruisseaux clairs,
    Éveille un peu ta voix que je voudrais entendre.

     

    Elle manque à ma peine, elle aiderait mes jours.
    Dans leurs cent mille voix je ne l'ai pas trouvée.
    Pareille à l'espérance en d'autres temps rêvée,
    Ta voix ouvre une vie où l'on vivra toujours !

     

    Souffle vers ma maison cette flamme sonore
    Qui seule a su répondre aux larmes de mes yeux.
    Inutile à la terre, approche-moi des cieux.
    Si l'haleine est en toi, que je l'entende encore !

     

    Elle manque à ma peine ; elle aiderait mes jours.
    Dans leurs cent mille voix je ne l'ai pas trouvée.
    Pareille à l'espérance en d'autres temps rêvée,
    Ta voix ouvre une vie où l'on vivra toujours !


    Illustration: Autoportrait avec un ami, Raphaël, entre 1518 et 1520


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.


  • recherche.png

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...