Aller au contenu
  • Heures ternes


    Voici d'anciens désirs qui passent,
    Encor des songes de lassés,
    Encor des rêves qui se lassent ;
    Voilà les jours d'espoir passés !

     

    En qui faut-il fuir aujourd'hui !
    Il n'y a plus d'étoile aucune :
    Mais de la glace sur l'ennui
    Et des linges bleus sous la lune.

     

    Encor des sanglots pris au piège !
    Voyez les malades sans feu,
    Et les agneaux brouter la neige ;
    Ayez pitié de tout, mon Dieu !

     

    Moi, j'attends un peu de réveil,
    Moi, j'attends que le sommeil passe,
    Moi, j'attends un peu de soleil
    Sur mes mains que la lune glace.


    Illustration: Vieil homme dans la douleur, VAN GOGH Vincent, 1890
    • Aimé 1


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Seawulf

    Posté(e) (modifié)

    Un immense écrivain et poète, que j'affectionne tout particulièrement. Y compris, ses pièces de théâtre, remarquables. Je le lis régulièrement. Il est en très bonne place dans ma bibliothèque.

    Modifié par Seawulf
    • Aimé 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    J'aime beaucoup le recueil Serres Chaudes dans lequel s'inscrit le poème que j'ai choisi, où l'auteur évoque l'étouffement que connaît l'âme dans sa captivité, les langueurs de la solitude s'y déploient comme autant de superbes paysages intérieurs.

    • Aimé 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

  • recherche.png

×
×
  • Créer...