Aller au contenu
  • À celles qui pleurent


      Auteur : Desbordes-Valmore, Marceline

    Vous surtout que je plains si vous n'êtes chéries,
    Vous surtout qui souffrez, je vous prends pour mes sœurs :
    C'est à vous qu'elles vont, mes lentes rêveries,
    Et de mes pleurs chantés les amères douceurs.

    Prisonnière en ce livre une âme est contenue.
    Ouvrez, lisez : comptez les jours que j'ai soufferts.
    Pleureuses de ce monde où je passe inconnue,
    Rêvez sur cette cendre et trempez-y vos fers.

    Chantez ! Un chant de femme attendrit la souffrance.
    Aimez ! Plus que l'amour la haine fait souffrir.
    Donnez ! La charité relève l'espérance :
    Tant que l'on peut donner on ne veut pas mourir !

    Si vous n'avez le temps d'écrire aussi vos larmes,
    Laissez-les de vos yeux descendre sur ces vers.
    Absoudre, c'est prier ; prier, ce sont nos armes.
    Absolvez de mon sort les feuillets entr'ouverts !

    Pour livrer sa pensée au vent de la parole,
    S'il faut avoir perdu quelque peu sa raison,
    Qui donne son secret est plus tendre que folle :
    Méprise-t-on l'oiseau qui répand sa chanson ?


    Illustration: Femme pleurs, REMBRANDT, 1644
    • Aimé 1


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.


  • recherche.png

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...