Jump to content

Recommended Posts

Kerlann

Il y avait le jour, et la nuit et le jour.

Un champ d'astéroïdes

qui tournoyait à l'infini.

Il y avait le dit, et le non-dit,

et ta fenêtre ouverte sur la mer,

à minuit.

Le passé le présent le futur.

Il y avait le verbe et le silence,

comme une pierre

jetée dans l'eau.

Et l'horizon qui épousait le ciel.

Et dans le tourbillon des vagues,

les Érinyes suçant la chair des mots.

Il y avait la lune et l'aube

étirées sur la grève.

Le vide et le chaos.

Et l'ordre et le désordre.

Et le regard figé des caryatides.

Et Proserpine, ma fiancée,

qui déroulait le fil d'Ariane.

Il y avait surtout la nuit au bout du pont,

haletante comme un vertige.

Et l'entrelacs des songes.
Et Prométhée ouvrant le feu sur la folie.

Et le fantôme de Rimbaud

qui tance les étoiles.

La pyramide de Khéops qui louait le soleil

à contretemps.

 

Il y avait le dit et le non-dit.

Le passé le présent le futur.

Il y avait le désert de l'amour et la haine.

La liberté à fleur de peau qui anime le cercle.

Et la vie et la mort.

Et la mort et la vie

qui revenaient en boucle à l'infini.

Il y avait le jour ouvrant les portes du désir.

 

Et toi Orphée

qui fonds en larmes

au milieu de la nuit.

Edited by Eathanor
Mise en page
  • Aimé 4
Link to post
Share on other sites
  • Eathanor pinned this topic
Seawulf
Il y a 18 heures, Kerlann a dit :

Il y avait le dit et le non-dit.

Le passé le présent le futur.

Il y avait le désert de l'amour et la haine.

La liberté à fleur de peau qui anime le cercle.

Et la vie et la mort.

Et la mort et la vie

qui revenaient en boucle à l'infini.

Il y avait le jour ouvrant les portes du désir.

Oracle, vision cheminement entre le dit et le non-dit. Une belle écriture poétique qui porte une errance de vie. 

Link to post
Share on other sites
  • Comité de rédaction unpinned this topic
×
×
  • Create New...