Aller au contenu
Lina

L'inexprimable

Messages recommandés

Lina

 

 

 

J’écris la montagne altière

dressée dans une clameur bleue

J’écris la véhémence du vent

et les milliers d’ailes glorieuses

qui se trempent au grand ciel

 

J’écris les rumeurs des mers

leurs sombres chants qui grondent

comme des machines de guerre

 

J’écris le mutisme des confins stellaires

devant l’irrévérence des espèces voraces

Les jours d’abîme où la terre est meurtrie

et l’inquiétant silence des tragédies latentes

 

J’écris les cœurs méditatifs et les corvées de larmes

Cette urgence de vivre dans l’absolu présent

 

J’écris pour dire l’inouï en passeuse pudique

jouant à chaque mot mon âme balbutiante

dans cet inexprimable instant de communion

 

Tant de choses restent en bouche

où s’écoule la lente respiration

de tout ce qui sera tu

 

 

 

 

Modifié par Lina
  • Aimé 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Encore un très joli poème que vous nous offrez, @Lina 

Il y a 3 heures, Lina a dit :

J’écris pour dire l’inouï en passeuse pudique

jouant à chaque mot mon âme balbutiante

dans cet inexprimable instant de communion

Tant de choses restent en bouche

où s’écoule la lente respiration

de ce qu’on ne pourra jamais dire

cette dernière strophe est vraiment très belle. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Il y a 4 heures, Lina a dit :

J’écris pour dire l’inouï en passeuse pudique

jouant à chaque mot mon âme balbutiante

dans cet inexprimable instant de communion

Ici, l'inexprimable est dit avec talent. Poésie confession, comme une bouteille à la mer. Philipp Glass sublime le texte. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeep

Merci Lina pour ce beau poème qui fait ressentir ce qu’a d’inexprimable le sentiment d’exister au monde.

Modifié par Jeep
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Moïse

Et si chacune de nos respirations qui remplissent nos poumons et oxygènent notre sang, étaient ce langage seul capable de communion avec l'indicible ? Sans elles notre enveloppe serait inopérante et notre âme rendue trop tôt sans que nos épreuves "ici bas" ne puissent s'accomplir !

L'écriture est une suite de causes à effets, une façon de dire par le biais d'une convention collective et vous écrivez si bien Lina. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Darius

Essayer de dire, chercher au plus profond les mots correspondants aux impressions, aux fulgurances intérieures mais on ne pourra jamais "vider son sac" tout à fait". Il restera ce goût d'inexprimé si bien traduit par Lina

 

 

 

Tant de choses restent en bouche

où s’écoule la lente respiration

de ce qu’on ne pourra jamais dire

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eau de brume

Trouver les mots justes pour tenter d'exprimer l'indicible mystère de l'univers et de la vie , un vrai tour de force ! Bravo !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Filae77
Il y a 22 heures, Lina a dit :

J’écris le mutisme des confins stellaires

devant l’irrévérence des espèces voraces

Les jours d’abîme où la terre est meurtrie

et l’inquiétant silence des tragédies latentes

Bonjour @Lina,  merci pour ce partage que l'on pourra ressentir comme un 'hurlement silencieux'. Le passage cité retient l'attention,

car contrairement aux deux premières strophes où la narratrice se fait l'écho de ce qu'elle voit (éléments naturels), là elle exprime ce qui n'est pas .Pire ,hélas, les malheurs à venir (tragédies latentes) . 

Mais le principal (justifiant le titre) fait référence à tout ce que l'on garde en soi,  non par incapacité à le formaliser mais par un

'blocage' psychologique ; Problème avec ce qui n'est pas exprimé : çà finit par prendre beaucoup de place....(çà n'engage que moi)  

Tant de choses restent en bouche

où s’écoule la lente respiration

de tout ce qui sera tu

Néanmoins et si tout ne pourra être exprimé (largement souligné par les commentaires précédents) on sent l'urgence (quasi vitale)  de la narratrice à dire.

un cœur 

Modifié par Filae77
  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hersen

Ce poème est très beau, parce que très juste. Il frappe par ce qu'il exprime de l'inexprimable, et le dit (au-delà d'une poésie évidente) avec des mots simples, des mots qui parlent à chacun. Et ça résonne.

Car l'inexprimable ne peut être dit que simplement.

L'anaphore donne un rythme, un souffle, mais aussi image comme une obstination à dire. A dire quand même. Et j'aime bien cette détermination, en quelque sorte, qu'inspire ce poème.

Merci de cette belle lecture !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lina

Je veux vous remercier chers amis de plume, @Joailes, @Seawulf, @Jeep, @Moïse, @Darius, @Eau de brume, @Filae77 et @hersen pour vos lectures et appréciations, ma difficulté réside dans cette démarche double : l'envie de faire chanter les mots en jouant sur leur polysémie, leur charge d'émotions, créer une sorte de tension entre eux pour amplifier leur pouvoir d'évocation et conjointement révéler ce que j'ai sur le coeur, en ne négligeant pas le discursif, le narratif, le didactique ... 

 

Un merci tout particulier à @Filae77 pour s'être penché, avec cette finesse qui lui est propre, sur mes modestes vers. 

 

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...