Aller au contenu
Marc Hiver

Galimatias, quoique

Messages recommandés

Marc Hiver
Posté(e) (modifié)

Je subodore que l'or du bossu

Vaut tout le trésor du rein

Si on calcule bien

Ce que coûte sur le Rhin un bon cru.

 

Je délire, car le gin m'a

Grave tourneboulé

Quand Céladon dont c'est la

Teuf mit ma meuf à donf sur son ukulélé.

 

Ami, à Marseille ne danse pas le Mia

Au maquis suisse ne goûte pas au Milka

À Paris ne ris pas

Et automne au tonneau.

 

Et puis c'est beau la barbe sur la joue

D'un berger au milieu des joubarbes !

Que les sonnailles n'aillent tinter aux oreilles du barde

Escaladant la côte en train loin de son Cotentin.

 

Modifié par Marc Hiver
  • Aimé 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Thy Jeanin

Rimes en folie... Grave réjouissant! Et -hips- un p'tit coeur!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mohand

Merci pour ces vers qui sonnent sur d'autres sentiers de l'inspiration.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeep

J’aurais voulu analyser ton poème comme @Filae77, mais j’ai eu du mal à trouver le fil conducteur masqué par les vapeurs du gin. Au départ j’ai vu une réminiscence du Bossu de Paul Féval, à moins que ce soit l’Or du Rhin, opéra de Richard Wagner, avant de buter sur Céladon, berger personnage de l’Astrée, puis sur un vers en verlan conclu par un instrument de musique africain, une allusion au rap marseillais, au chocolat suisse, des pataquès, une barbe qui vient comme un cheveu sur la soupe, une plante montagnarde en écho, pour finir sur des sonnailles inconnues dans le Cotentin ( côte en train, crotte en thym, quinte en toc). Bref, j’ai tout compris!

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Posté(e) (modifié)

Franchement extatiques ces vers en folie. Trinquons , ma fois aux joies de la vie!

Modifié par Seawulf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Filae77
Posté(e) (modifié)

'Je subodore que l'or du bossu,Quand Céladon dont c'est la,À Paris ne ris pas,la barbe sur la joue D'un berger au milieu des joubarbes !',etc.....

 

@Marc Hiver  permute les phonèmes à l'occasion de ce feu d'artifices de contrepèteries dont la drôlerie n'est pas (à mon sens ) le seul intérêt.

il naît mécaniquement une nouvelle réalité inattendue,inventive et fantasque (à l'image du narrateur il faut croire....) ,mais qui finalement a 

la part belle ,de la finalité -le sens recherché- ou de la méthode ? (Pour citer Marc) ,ici et idéalement le fond cristallise la forme.   

un cœur bien sur   

ps : je suis ok avec @Jeepqui a identifié toutes les références

 

Modifié par Filae77
  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre Brandao

Un délire essentiel pour qui le sens est secondaire 🙂

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Il fait chaud. Pour me simplifier la tâche, je copie le commentaire de @Jeep 🙂 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...