~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Un chemin scarifié


Messages recommandés

Je me mêle aux complaintes béantes qui barbotent dans le purgatoire,

Ma voix dénote j'évoque mon élancée amoureuse, je secoue l'auditoire.

Baal s'étrangle de rire, il se lasse un instant de ses chrétiens étouffants,

Moloch se marre si fort qu'il régurgite, s'échappe le fémur d'un enfant.

 

Dans la pâleur froide des élancées automnales j'ai allumé une sorcière,

J'ai épousé des lèvres les traits de son être, les murmures de ses prières.

Sur un quai d'épitaphes j'ai cédé à son emprise, j'ai prononcé mes vœux

Pour une cabriole en balai, emballer la Circé avant de lui mettre le feu.

 

Minuit son corps se tord sous l'effet des flammes alléchées,

Se dissipe son parfum, une effluve pour mes sens éméchés.

Elle devient l'étoile maîtresse de mon espace, sa loi actée dans ma voie lactée,

Je la sers de tendres versets, je laisse le doute de côté et mes peines impactées.

 

Sevré au vice j'ai saigné la vie avec une lame acérée pour tromper l'ennui,

J'ai mouillé l'encre près de son rivage tartare. Demain ne sera qu'une nuit.

En fuite dans la brume de ses artifices, l'infamie humaine pourra s'amplifier,

J'ai les démons à la bonne, un charme d'armistice, le bout du chemin scarifié.

 

 

  • Aimé 5
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...