Aller au contenu

Messages recommandés

Camine
Posté(e) (modifié)

au début  j'ai pleuré.
je ne savais pas comment appeler cette nouvelle solitude
que tu m'as donnée pour l’amener quelque part
n'importe ou
chez moi.

 

mais moi je n'ai pas de chez moi
j'ai rien.
je suis à la limite
je suis à l’horizon
comme une ligne morte entre ciels et terres.

de nombreuses personnes seules m'ont demandé
de dormir à côté d'eux
je leur ai rêvé des champs et des pluies
je leur ai rêvé des chiens sans chaînes
j'ai leur ai rêvé tout ce que ils ont demandé.

 

toi je t'ai rêvé chêne
puis j'ai gelé dans ta cécité permanente.

Modifié par Camine
  • Aimé 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lina

Un poème introspectif qui me touche infiniment et qui dit l'inaccompli, la perte, la fragilité avec vos mots tout singuliers et si beaux. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédéric Cogno

J'aime être surpris par une fraîcheur éperdue, un sentiment, une liberté. Plus qu'un poème, un profond témoignage sur ce que c'est qu'être. Troublé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mercoyrol

Beaucoup de fragilité, de douleur et d'intimité dans ce poème particulièrement touchant. Vous exprimez ce chagrin avec des mots magnifiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Bonsoir @Camine vos vers sont toujours troublants c'est un plaisir que de s'y laisser entraîner ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeep

Les mots trébuchent mais même les petites approximations sont touchantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Il y a 17 heures, Camine a dit :

toi je t'ai rêvé chêne
puis j'ai gelé dans ta cécité permanente.

Le désert, cette absence faite de solitude lourde, envahissante qui change la donne. Imaginaire malmené, tiraillé entre rêve et réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eobb

Une instabilité permanente, tout bouge, rien n'est jamais pareil et puis une rencontre fige ce tout et le monde rétrécit, tout en acceptation avec derrière des pincements pourtant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rousselot

Un texte singulier et fort.

Il déroute quand à dessein vous écrivez "J'ai rien" et pas "Je n'ai rien" - Approche épurée

Ce façon d'écrire est alors puissante par ce raccourci bien pensé.

Bravo.

L. ROUSSELOT

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Epicene

Votre plume est juste envoûtante @Camine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Camine

Merci beaucoup à vous  tous!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...