Jump to content

Moi en toi d’impudique vertu


Recommended Posts

Thierry Demercastel

 

Sur ton lit de brume moqueuse,

Là où s’éterniseront nos nuits,

Sous une lune un peu voyeuse

Je viendrai sur ton corps alangui.

 

Tes seins blancs et nus décimeront

L’ennui, sur mes mains aimantes,

Qu’importe le temps, sous nos haillons,

Qu’un ciel noir et muet charpente.

 

Qu’importent nos instants inventés,

J’irai encore à ta  brûlure, 

Alors tes lèvres  viendront jouer

Et j’attendrai ta morsure.

 

Au-dessus d’un marbre glacé,

Des passants aux larmes retenues

Ne sauront nos désirs enflammés,

Moi en toi, d’impudique vertu.

 

Nous resterons figés et jouissants

 D’éternelles et vagues poses,

Celles d’où gémissent les amants

Dans le secret posthume des choses.

 

Tu reviendras et je reviendrai

Où vont de funèbres printemps,

Aux ombres dessinant à l’imparfait

Nos lèvres au souffle du vent.

 

Jailliront de nos corps éblouis

 Encore L’écume  amoureuse,

Nos sèves des plaisirs impunis,

Au  flirt des âmes rêveuses.


 


 

  • Aimé 7
Link to post
Share on other sites
Edualc

Un hymne à l'amour qui n'a rien d'impudique. Que je trouve même délicat et émouvant.

Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 17 heures, Thierry Demercastel a dit :

J’irai encore à ta  brûlure, 

J'adore. Romantique certes mais passionné comme j'aime et l'exemple cité illustre parfaitement en allitérations le râle du plaisir. Un grand bravo Thierry!

Link to post
Share on other sites
Eau de brume

L'amour,source intarissable de la poésie. J' ai adoré me laisser entraîner par son courant.

Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 30/06/2020 à 16:40, Thierry Demercastel a dit :

Qu’importent nos instants inventés,

J’irai encore à ta  brûlure, 

Alors tes lèvres  viendront jouer

Et j’attendrai ta morsure.

Poésie très fleur bleue! Un tantinet sentimentaliste.

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...