Aller au contenu
Frédéric Cogno

Baptême

Messages recommandés

Frédéric Cogno

Un calice de rose inondé d’aube blonde

Frémit tout doucement devant les cierges d’or,

Une île aux colombes t’enlace à bras-le-corps

Te noyant sous les flots de ta robette oblongue.

 

Est-ce un rêve nacré ? Le clapotis des psaumes ?

Des sens en mignonnette à l’abri des orages ?

Toute la lumière, le silence, t’engagent

Vers les anges rieurs apparus sur le dôme.

 

C’est une autre naissance au matin des merveilles,

Un chant ovationné dans la fraîcheur des sources

Où l’étoile truitelle a frayé dans sa course

Sous son vivier d’amour, ton prénom qui sommeille.

 

Ce ruisseau à tes pieds, clameur de l’oasis,

C’est le fourmillement de toute la nature,

Un conducteur secret qui libère et rassure

A chaque feuillaison quand la mort nous envie.

 

Courtisane bénie en accroche-rayons,

Ton entrée dans les eaux, les paupières fermées,

Deux pétales dormant sur la berge sacrée,

C’est un nénuphar blanc au Jourdain sabayon.

 

Et parmi les ondées, la buée de ton âme,

Et jusqu’à ton sourire en digue de framboises,

Volètent nos baisers délaissant nos cervoises

Pour presser de ce jour le parfum qui t’acclame,

Tes yeux ouvrant la brèche à des cieux qui s’enflamment !

 

 

 

  • Aimé 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Hiver

@Frédéric Cogno,

 

J'ai beaucoup aimé le ton , la prosodie, bref le charme de ce poème. Et hop ! un coeur.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Encore un de ces poèmes de belle facture dont tu as le secret. Ce "sourire en digue de framboises"est pure merveille ! Un cœur,  bien sûr ! 

 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Camine
Il y a 10 heures, Frédéric Cogno a dit :

A chaque feuillaison quand la mort nous envie.

Je me laisse toujours emportée dans votre monde, merci.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Epicene
Il y a 10 heures, Frédéric Cogno a dit :

 

Et parmi les ondées, la buée de ton âme,

Et jusqu’à ton sourire en digue de framboises,

Volètent nos baisers délaissant nos cervoises

Pour presser de ce jour le parfum qui t’acclame,

Tes yeux ouvrant la brèche à des cieux qui s’enflamment !

 

Whaou ! Superbe

 

Tu sais que j'adore te lire @Frédéric Cogno, j'aime m'évader en passant chez toi.

Tu as ce don, celui de nous emporter. Tu es un vrai poète et je t'admire...

Voilà qui est dit ! Un gros coeur bien sûr ! 😘

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Esteldir

Les métaphores sont brillantes dans le sens lumineux du terme, et les sonorités chantantes comme les oiseaux colorés qu'on imagine si bien dans le panorama de ce poème... Merci pour ce beau voyage !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Le 22/06/2020 à 09:50, Frédéric Cogno a dit :

C’est une autre naissance au matin des merveilles,

Un chant ovationné dans la fraîcheur des sources

Où l’étoile truitelle a frayé dans sa course

Sous son vivier d’amour, ton prénom qui sommeille.

 

Une belle poésie. J'aime particulièrement la strophe citée. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...