Aller au contenu
Jean Luc

Souvenir de chasse du seigneur de Priam

Messages recommandés

Jean Luc

Souvenir d'une meute désirable avide de délice pour certain, à la beauté fêlée, celle de dogues sans cœur pour d'autre. Tout près du lac, grand feu follet d'eau luminescente en ce début d'après-midi, avec ses yeux qui bleuissent au ciel le Printemps joufflu alimente la chaleur des forges du jour. Et l'abeille butine, comme une joue bourdonnante sur une fleur. Oh! les blessures rougissantes de ses piqûres!

Hier, diadème de la vie en mains le cheval était notre sang durant la chasse. Et nous aimions la mort vers les moutons sous l'éclaircie de gaude1. Mon visage en larmes dans une odeur de lilas, à genoux sur le sil2 éventré par l'orage du matin, je suppliais la saulée claire blessée de naître une fois encore. Nous supposions la présence d'une coquette dans les parages à la surabondance d'un parfum bon marché exhalant du côté du cottage, quand, tandis que nous nous assurions de notre bonne connaissance des plantes, le charnier des rêves de gloire de nos nuits précédentes nous apparut dans une brume fumeuse, tandis que le sang coulait déjà, imprégnant le sol vierge...

A l'adieu des ornières du bois, nous emmenions la beauté tranchée de part et d'autre d'une chair de louve.

 

 

 

 

 

 

 

1De couleur jaune. On se sert de la plante du même nom pour teindre.

2Variété d'argile rouge ou jaune utilisée pour la poterie.

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Certes, votre poème n'a été vu que 16 fois au moment où je le commente. Cela peut en partie permettre de comprendre l'absence de commentaires. Mais sans doute une autre explication se trouve-t-elle dans les lignes même du texte. Car je vous le confesse, je l'ai trouvé difficile à lire. Mais il est vrai que je ne possède pas la finesse d'analyse d'un @Filae77, ce qui peut expliquer la chose...

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Posté(e) (modifié)
Le 20/06/2020 à 23:09, Jean Luc a dit :

Hier, diadème de la vie en mains le cheval était notre sang durant la chasse. Et nous aimions la mort vers les moutons sous l'éclaircie de gaude1. Mon visage en larmes dans une odeur de lilas, à genoux sur le sil2 éventré par l'orage du matin, je suppliais la saulée claire blessée de naître une fois encore. 

Une très belle écriture onirique en prose qui conte un souvenir de chasse, du seigneur de Priam, roi mythique de Troie. 

Modifié par Seawulf
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...