Aller au contenu
N'Silina

Bitume

Messages recommandés

N'Silina

Bitume

Il y a du sang sur le pavé. Le soleil est comme une lame, fichée dans mes prunelles, et ma tête, aux cheveux blancs crépus, tape comme un sonneur !

Noha. Je m’appelle Noha, du moins c’est le nom qu’on me dit. Je viens ou je ne viens pas. Mon père n’a pas daigné se faire connaître, encore moins me donner son nom, alors je fais comme ça me chante.

On tire là-bas, à une ou deux ruelles, peut-être. Où est mon petit-fils, Elias, toujours impétueux, conquérant, se croyant immortel ?

Respirer... On dirait que le soleil boit tout mon souffle. Pourtant, n’était cette douleur fulgurante au côté droit, mon corps s’enlise dans le pavé glacé, oooh...

Allons, ce n’est pas à quatre-vingt-six ans qu’on peut danser sur le bitume, insouciant et rêveur, rêveur…

La musique… T’en souviens-tu Nahila, ma tulipe sauvage, ce mélange d’oud et de darabukka, mêlé aux saxo-percussions, qui nous faisaient danser toute la nuit, les yeux éblouis, le corps brûlant ? Le ciel étoilé nous était doux alors, et tes hanches prenaient bien le tempo de ma fougue.

J’ai froid, oh j'ai froid… D’un camp à l’autre, les embuscades, elles fleurissent comme des immondices, mon Liban se déchire, encore, encore !

Il pleut… ou alors c’est tout brouillé ? J’ai soif ! Et cette enclume sur ma poitrine, ce cri dans les plis de mon corps, j’voudrais bien, j’voudrais bien… jouer encore, tu sais ?

On dirait que le ciel agonise. Des piécettes d’or dansent devant mes yeux. Non, c’est de la boue, de la misère, toute la douleur du monde, toutes les blessures de ma vie qui reviennent ! Les instants de nacre aussi. Ma mère et son regard d'agate, ses bras si doux autour de moi, là, maintenant, elle me manque à hurler ! J’arrive pas à crier.

Personne... La foule furtive, si loin. J’entends plus rien… Mon souffle, où es-tu ? Le ciel se voile... Dormir, dormir, j’voudrais dormir… retrouver le chant de l’oud…

 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...