Aller au contenu
Jean Luc

Faune cinématomagique

Messages recommandés

Jean Luc
Posté(e) (modifié)

Sur une pellicule de papier blanc, l'imaginaire fait son cinéma, indompté comme un animal...

Première scène. Sans odeurs déterminées : un fourré de lustres rouillés s'offre à nous au cœur d'un vieil édifice, là où l'oiseau aux plumes cramoisies se perche. Des taches de boue sèche sur de vieilles bottes jaunes. Un peu plus loin, un cheval, noir comme une ombre, galope dans des prés rem-plient de cirques abandonnés qui se meurent.

A l'écart de tout : une roulotte de Bohémiens éclaboussée d'eau de pluie... Inhumaines écorchures des plus belles vues mortelles, des coquelicots entr'aperçus par milliers depuis les hauteurs du coteau au singe musicien qui a tué son maître.

Deuxième scène. Le matin. La parade d'ibis se fait jour dans les massifs d'or du turf, où l'on court depuis l'aurore déjà. Et à gauche, ici... les fesses grasses et blanches d'une jouvencelle, belle naïade endormie, caressent un lapin de garenne peu roux et pas féroce pourtant, qu'un chasseur traquait il y a une heure encore.

« Oh! Vous avez un beau verre de montre1 mademoiselle! » entend-t-on depuis la place de gravier que surplombe l'an-tique tour, où se terre le perroquet hypnotique dévissé de la tête.

Etc.

 

 

 

 

 

 

 

1Nom donné en vieil argot aux fesses de la femme.

 

Modifié par Jean Luc
  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...