Jump to content

Recommended Posts

Eobb
il y a 56 minutes, Lina a dit :

le grand ciel de mes peurs.

Le ciel nous sépare du vide, nous en protège, il est immense. Nos peurs sont grandes elles aussi et peut-être, si nous ne les laissons pas trop grandir, nous protègent également de nos idées folles.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Eathanor

Comme le relève @Yguemart avec ses propres mots, statue et poème sont en harmonie. Cette dernière se retrouve également dans la mise en page du poème avec des vers qui semblent tailler pour épouser les mêmes contours que la statue. Je vous laisse me dire si c'est volontaire Lina mais dans l'affirmative, c'est fort bien fait.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Lina

@Eobb, j'adhère à votre vision des choses: nos peurs peuvent être d'utiles garde-fous !

 

Merci @Yguemart pour votre appréciation 😊

 

Pour vous répondre, @Eathanor, j'ai en effet tenté de superposer l'image et les vers. Je salue votre oeil averti 😉

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 17 heures, Lina a dit :

Mon iris s'exaspère

encore parfois

des mensonges du monde

Une infinie délicatesse émane de ce poème qui comme la danse classique pourrait épuré à l'extrême faire le bonheur d'un mime.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Eau de brume

Et le vent,toujours le vent,qui emporte nos peines...Et la main,toujours une main,comme une chaîne,rivée au lendemain. C'est un beau poème.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Camine

J'avoue, c'est magnifique, une très belle poesie! 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Mercoyrol

La statue, le poème et la chorégraphie sont tous les 3 superbes ! Une alchimie réussie et une jolie visite du vagabondage.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Esteldir

J'avoue rejoindre les commentaires déjà donnés... Simplicité, élégance et subtilité !

 

Très joli travail 🙂

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 13/06/2020 à 21:39, Lina a dit :

Je bois toujours l'étoile nouvelle

et trempe ma lèvre 

au flux du vent.

 

Le 13/06/2020 à 21:39, Lina a dit :

Je suis venue par le chemin rompu

de ma chair fragile

pour trouver sur ta nuque tiède

un jardin comme une grâce.

Vagabonde, un texte d'une grande délicatesse poétique, où affleure un parfum féminin, avec la "main comme ultime repère". 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Darius

Une marche tout en douceur vers l'amour mais combien réussie

 

"Et mon coeur, rubis sombre

se vide de ses fièvres.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Moïse
Le 13/06/2020 à 21:39, Lina a dit :

J'ai marché de nuit

sans douter de l'aurore,

ta main,

juste ta main,

comme ultime repère.

Cette chute est magnifique, quant au texte, il l'est tout autant puisqu'il nous mène à elle. Merci Lina pour ce bijou 🙂 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...